Retour la manifestation pour les 6 mois du mouvement des Gilets Jaunes à Nancy

Nancy |

Ce sont près de 3000 manifestant-e-s déterminé-e-s qui ont arpenté les rues de Nancy, le tout entre actions symboliques et répression policière.

Pour la première fois depuis plusieurs mois en Lorraine la manifestation hebdomadaire des Gilets Jaunes était déclarée, une décision prise par des pseudo chefs autoproclamés. On pouvait donc craindre que les marées jaunes deviennent une énième manifestation plan-plan façon syndicale.

La communication, elle, était plutôt tournée sur des visuels d’actions déterminées et de résistance aux violences policières. L’appel, lui, était national, mais comme celui de Reims et de Belfort.

Au final ce sont près de trois mille personnes qui se sont rassemblées à Nancy pour les 6 mois du mouvement, belle hausse d’effectif, la dernière dans la cité ducale n’ayant rassemblé que 300 à 400 personnes. C’est bien plus que prévu par la préfecture.

Sur place l’ambiance est festive et déterminée malgré la forte présence des forces de l’ordre et des fouilles quasiment systématiques pour rejoindre la place Carnot, lieu du rendez-vous.

La manifestation démarrera vers 14h, beaucoup de monde en profite pour intégrer le cortège en cours de route.

Un drapeau GJ sera accroché sur la façade du Grand Nancy, puis le drapeau européen fut retiré. On aurait aussi bien fait de virer le drapeau tricolore : c’est pas le repli sur la "nation" qui nous protégera des grand patrons bien français du CAC 40.

Au niveau du pont des fusillés, trois jeunes de l’Union des Étudiants Patriotes tractent pour le Rassemblement national, ils seront jetés du cortège.

Beaucoup critique l’idée d’avoir déclaré et veulent partir en sauvage sans respecter le tracé négocié avec le préfet et les commerçants, tracé passant bien loin du centre-ville et de la préfecture.

Une tentative de s’écarter est faite devant la gare mais on rejoindra vite le tracé initial.

Une autre tentative pour rejoindre le centre avortera sous les lacrymos et les premières interpellations.

La manifestation se regroupera finalement pour atteindre le commissariat Lobau plus ou moins bien protégé. Quelques projectiles comme un panneau signalétique arrivent sur les fenêtres, les flics derrière ne font pas les malins. La manifestation repartira sans plus de représailles envers la police.

Le cortège arrivera finalement porte Ste Catherine dont les seuls moyens de sortir sont de longer le canal ou par le pont qui le traverse, toute autre issue est bloquée par les forces de l’ordre. Quelques feux d’artifice sont alors tirés sur ces dernières, celles-ci ne ripostent pas mais décident une interpellation en plein milieu des manifestants. Beaucoup décident de s’opposer à l’interpellation, les flics ont du mal à extraire la personne, des renforts arrivent et gazent copieusement la place. Certains s’organisent pour une riposte.

250 personnes partiront en cortège sauvage dans le quartier des 3 Maisons. D’autres partiront dans la Pépinière.

Bilan d’apres L’Est rep : cinq Gilets Jaunes en garde à vue. Plusieurs manifestant-e-s ont été blessé-e-s au cours de la journée ainsi que deux policiers.