Mémoire

  • Répression – Prisons

    Bientôt 50 ans que l’État français tait le massacre de plus de 100 Guadeloupéens et Guadeloupéennes

    (De notre correspondante en Guadeloupe)
    Le 20 mars 1967, un riche propriétaire européen d’un grand magasin de chaussures à Basse-Terre lâche sur un vieux cordonnier ambulant infirme son berger allemand, car il lui avait interdit de passer devant la devanture de son magasin. Il excite son chien en lui criant « dis bonjour au nègre ».

  • Travail – Syndicalisme

    Nécro de boucher !

    Je n’irai pas cracher sur la tombe de François Chérèque. Non pas que la suggestion de Boris Vian ne m’ait pas séduit, non pas que le geste me paraisse lâche, non pas que je craigne une réincarnation en lama dans une autre vie. Non !

  • Travail – Syndicalisme

    Pompey vivra !

    Gabriel se tient debout les jambes écartées, droit et imposant, tel un menhir de pierre brute. Une forte corpulence, un visage rugueux et cicatrisé, deux battoirs qui lui servent de mains, une bouche énorme qui laisse apparaître une dentition en péril. Gabriel aurait pu être l’enfant rêvé de l’union impossible d’Alice Sapritch et de Quasimodo.

  • Discriminations – Racisme

    Pour Hocine

    Hocine Bouras avait 23 ans. Il est mort menotté sur l’autoroute A35 à hauteur de Colmar le 26 août 2014, d’une balle dans la pommette tirée à bout portant par un gendarme volontaire pendant son transfert de la prison de l’Elsau, à Strasbourg, vers le TGI de Colmar. Hocine, placé en détention provisoire, devait être entendu car il était suspecté d’un délit : il aurait tenté de braquer un Quick avec un pistolet à billes. Voilà pour le « passé de délinquant » de la victime.