Compilation des témoignages sur la perquisition du 20 septembre et le quotidien policier

Bure |

Une opération comme une perquisition d’ampleur laisse des traces, et bien plus que des bris de verres, un atelier retourné, des portes et des vitres fracturées, d’énormes quantités de matos collectif ou personnel saisi. Ça laisse des traces en nous, ça nous touche, ça nous brise le coeur là où on vit, on dort, on se réveille, on vibre, on mange ensemble… Dans des espaces qui sont notre quotidien, un cocon, là où on se sent protégé malgré l’omniprésence policière. D’un coup ils sont là, à agiter leur sale gueule juste notre nez, alors qu’on se réveille. Ils sont là, au coeur d’un lieu inébranlable et inviolable depuis plus de 12 ans.

Une perquiz’ comme celle-là ça ébranle, ça déchire. Ça isole. Physiquement, puisque des camarades ont du rester confiné dans leurs caravanes, leurs chambres, pendant 5 à 9h, le temps de la perquiz’. Et dans son ressenti.

Ces témoignages donnent un aperçu de ce que c’est que vivre une perquiz’, et restituent un peu de l’expérience commune, comme on range une cuisine ou un atelier dévasté, morceau par morceau, avec patience. Parce qu’on vit là.

À l’heure où on commence à taper ça, la nuit est tombée. Un long débrief s’est tenu en forêt. Il y avait quelque chose dans les regards qui était extrêmement fort, qui est difficile à nommer – peut-être même qu’il ne faut pas chercher à le faire.

La maison a déjà été un peu rangée, balayée. Le bureau informatique fait tout vide. L’atelier est encore en vrac. Les vitres sont toujours cassées. Mais sur la table les sales pattes des bleus sont déjà un vieux souvenir – là, maintenant, y’a plutôt un grand repas collectif et des gens qui trinquent en rigolant, « à la perquiz’ », et qui chantent, et qui rient.

La vie reprend coûte que coûte.

On essaiera d’enrichir cet article de témoignages au fur et à mesure, pour composer une histoire à plusieurs voix de cette journée malheureusement hors-norme – une de plus à Bure…

F., habitant-e de la Maison de Résistance depuis plus d’un an

« Une opération comme ça, ça te laisse très peu de temps pour agir, c’est impressionnant, d’un coup tu te réveilles, tu te retrouves dans l’urgence, t’es dans la mezzanine, dans le dortoir, chez toi, et tu te retrouves au milieu de keuf. Tu te rends compte que t’es la seule personne à pouvoir intervenir légalement, en tant que personne de la collégiale. C’est dur de réussir à verbaliser et imposer les choses aux flics. J’ai demandé plusieurs fois « comment ça se passe ? Est-ce que c’est une perquisition ? ». C’est resté lettre morte.

Lire la suite ici



Articles de la même thématique : Répression – Prisons