Travailler dans le nucléaire en plein COVID-19



Attention : Cet article renvoie vers un live Facebook pour assurer la diffusion de la conférence.

Les entreprises comme Facebook font leur beurre en exploitant et revendant les données privées de leurs utilisateurs et utilisatrices à des fins de marketing ciblé et d’entraînement d’algorithmes destinés à la surveillance de masse. Qui plus est, elles n’ont aucun scrupule à collaborer avec la police et la justice dans le cadre d’enquêtes ou d’opérations de renseignement, bien au contraire.

Le réseau Mutu a réalisé une brochure proposant quelques pistes pour s’organiser en ligne sans utiliser ces plateformes propriétaires et commerciales. Nous encourageons vivement la lecture de cette brochure et l’utilisation des outils qui y sont recommandés, plus sécurisés et plus respectueux de la vie privée.

Le collectif de modération de Manif’Est

Les Rendez-Vous des Confiné·e·s sur le Nucléaire et son monde

Pourquoi ?

Alors que nous nous apprêtions à annoncer notre nouveau Cycle de Rencontres en Meuse / Haute-Marne sur le projet CIGÉO, notre agenda de rendez-vous a été perturbé par cette terrible crise sanitaire mondiale et nous avons dû le mettre en suspend.

Après quelques semaines nécessaires pour apprendre au mieux à vivre dans l’angoisse permanente, nous avons ressenti le besoin, l’envie de profiter de ce confinement pour ouvrir des espaces de discussion, d’information et de débat sur le nucléaire et son monde (l’un n’allant pas sans l’autre !) mais cette fois... sur la toile !

Ces journées de confinement ont chacune comporté leur lot d’actualités qui nous rappellent combien la pandémie affecte chaque vie, chaque secteur, et peut intensifier et révéler les injustices sociales, les discriminations, et le visage d’un gouvernement autoritaire.

Le nucléaire n’est pas épargné. Pire encore, puisqu’il s’agit d’une technologie qui ne peut se passer de surveillance, qui est forcément extrêmement vulnérable à l’incertitude et aux phénomènes exceptionnels. Les autorités nucléaires jouent avec arrogance leur partition habituelle, selon laquelle la situation serait sous contrôle pour assurer la continuité de la production d’électricité. Mais les voix qui s’échappent des installations nucléaires françaises n’ont pas un discours aussi assuré : le fossé entre les cadres des entreprises en télétravail et celles et ceux qui rejoignent chaque jour les sites nucléaires est un gouffre.

Si la continuité énergétique ne semble pas affectée pour le moment, EDF ne s’étale pas sur les effets aggravants de la crise sur les conditions de travail déjà précaires des sous-traitant-es du nucléaire. Le secteur n’est évidemment pas exempté de pénuries de matériels de protections individuelles, et les mesures sanitaires barrières ne suffisent pas ; pire, elles ne peuvent être matériellement mises en place. Les lugubres nouvelles s’enchaînent : contamination d’agents, effectifs affaiblis, fatigue généralisée.

La situation est d’autant plus préoccupante que les activités liées au nucléaire sont très exigeantes et ont un haut niveau de risque. Les risques de défaillance humaine accroissent le danger d’accident nucléaire, alors que le travail dans le nucléaire est un secteur intransigeant qui ne peut souffrir d’aucune fatigue. C’est la double-peine : dans un secteur où de manière générale le niveau de sécurité et de sûreté des installations est déjà fortement déficient et insuffisant, le covid-19 est un facteur aggravant. Il ouvre un nouveau front en plus de celui de la radioactivité : la maladie.

La crise sanitaire amplifie la dangerosité du nucléaire et montre ainsi sous un nouveau jour la nécessité de se détourner de cette production d’énergie.

Il nous semble indispensable de « déconfiner » les questions relatives au nucléaire en cette période ! Finalement, le covid-19 est un ennemi tout aussi invisible que la radioactivité : d’ailleurs, ne serions-nous pas entrain de vivre un avant-goût d’un accident nucléaire ? La gestion des urgences, les mouvements de population, la fuite des un-es, le confinement des autres… les manigances et l’incompétence des autorités, l’incohérence des décisions prises, les mensonges, les vérités tardives ! Il y a une évidence dans les ponts à construire.

C’est pourquoi, en attendant de pouvoir renouer avec le terrain, nous vous proposerons plusieurs rendez-vous autour du nucléaire et son monde !

Comment ça marche ?

Nous utiliserons une gamme d’outils virtuels :

  • Lives sur les réseaux sociaux
  • Boucles de discussions
  • Projections et Conférences sur la page du Cycle de Conférences Grand-Est

...pour continuer à échanger et débattre derrière nos écrans !

Les Rendez-Vous seront annoncés sur :

  • cette page web
  • la page Facebook du @cedra52

...ainsi que par d’autres relais.

Première date :

Vendredi 17 avril à 19h

LIVE de Gilles Reynaud,
salarié d’Orano, représentant syndical de SUD ENERGIE,
et président de l’association « Ma zone contrôlée »

sur le travail dans le nucléaire pendant le COVID-19.

JPEG - 112.1 ko

Le live sera retransmis en simultané sur plusieurs pages, et partira de celle-ci : @cedra52

Si vous souhaitez diffuser le live sur votre page Facebook, demandez-nous le lien requis en envoyant un mail à rdvconfinees-nuk@riseup.net

Info contacts :

Site : http://stopcigeo-bure.eu/confinees/, http://cedra52.jimdofree.com
Facebook : @cedra52
Adresse mail : rdvconfinees-nuk@riseup.net



Articles de la même thématique : Écologie – Nucléaire