Après le rassemblement du 8 mai

Nancy |

Une centaine de personnes ont répondu à l’appel à se rassembler place Thiers à Nancy afin d’y tenir une Assemblée Générale au lendemain du second tour des présidentielles. Compte-rendu et perspectives.


L’appel a été lancé en fin de semaine par une dizaine d’organisations locales (syndicats et autres), ce qui permettait d’avoir un rendez-vous quel que soit le vainqueur. Le Pen a été battue, on peut s’en réjouir, mais comme cela a été souligné dans l’entre-deux tours : une victoire de Macron en 2017, c’est un nouveau boulevard tracé pour Le Pen en 2022.

Il y a donc urgence à répondre sur tous les terrains.

Macron annonce qu’il va démanteler le code du travail et s’attaquer aux services publics (il veut supprimer 120.000 postes), qu’il va s’en prendre aux chômeur.e.s et précaires. Les présent.e.s sont bien tombés d’accord sur la nécessité de coordonner les résistances et de renforcer la solidarité, en étant à la fois offensif.ves sur les revendications (la journée de 4 heures, le Smic net à 1500€), sur les idées (contre le nationalisme, le racisme et les replis identitaires), et en avançant concrètement : engorgement des administrations, collages unitaires, soutien matériel aux migrant.e.s notamment aux mineur.e.s isolé.e.s, occupation de lieux, mise en place de cantines populaires...

Il y a urgence à coordonner les mobilisations.

Partout ailleurs dans le pays les appels à mobilisation se sont multipliés. Avec des interdictions de manifester distribuées par les préfets... l’état d’urgence continue et sert décidément de plus en plus ouvertement à contrôler le mouvement social. Proposition a été faite de rejoindre le Front social qui coordonne au plan national la mobilisation : sans attendre les directions syndicales, comme contre la loi Travail en 2016, on peut construire le mouvement par en bas, en prenant appui sur les Assemblées générales de ville et sur les intersyndicales locales.

Et la suite ?


Pour renforcer ce front social sur tous les terrains, contre la répression, contre le capitalisme et l’offensive libérale, contre le racisme et l’extrême droite, plusieurs cadres de convergence ont été proposés :

  • un rendez-vous hebdomadaire à la Pépinière (à confirmer) : chaque dimanche, pique nique de lutte et lieu de discussion, ouvert à toutes et tous et même aux enfants
  • des commissions dont une « commission action » pour préparer des initiatives ponctuelles
  • organiser des collages communs

Dans l’immédiat, une prochaine date : on se retrouve pour une zone de gratuité et une assemblée générale samedi 13 mai à partir de 11h place Maginot

Des initiatives à relayer, à renforcer. C’est parti pour cinq années de mobilisation !