Convoqué·es Kéolis, cinquième et dernier jour : bilan

Nancy |

Rappel du contexte : Avec la fin du confinement les affaires reprennent. Neuf personnes étaient convoquées à la mi-mars suite à une action pacifique devant Kéolis le 10 janvier dernier. Il leur est reproché une "entrave concertée avec violence ou voie de fait à l’exercice de la liberté du travail" pour un rassemblement matinal devant le dépôt de bus de Keolis. Cette semaine, les neuf sont devenu·es treize ! Elles et ils sont enseignant·es, ouvriers, infirmières, éducateurs... CGT, Solidaires, Front social, non-syndiqué·es, Gilets jaunes, toutes et tous engagé·es dans la mobilisation contre la réforme des retraites.

Vendredi 29 mai avaient lieu les deux dernières convocations, à 9 et 13h. Comme les jours précédents, les personnes convoquées étaient accompagnées d’un avocat pour l’audition, et accompagnées de quelques personnes venues marquer leur soutien à la porte du commissariat. Comme la veille, un groupe de policiers est sorti pour noter les identités des présent·es... qui étaient moins de dix devant le bâtiment, qu’à cela ne tienne ! Ils les ont délogé·es parce que, selon eux, il est interdit de stationner devant le bâtiment. À chaque jour son motif, on ne peut rien discuter, l’État c’est eux.

JPEG - 722.7 ko

On verra ce que donneront les suites de cette enquête. Toujours est-il qu’on peut dresser un rapide bilan de cette semaine d’auditions à Lobau. Treize personnes ont été convoquées et "librement auditionnées" par la Brigade des violences urbaines pour des motifs disproportionnés si bien qu’on se demande comment les faits incriminés pourront être établis. Assistées par un groupe d’avocats qui se sont relayés aux auditions, soutenues par un collectif important de parents, d’ami·es et de camarades qui les ont accompagnées chaque jour devant l’hôtel de police, malgré intimidations et fichage, les treize personnes convoquées se sont coordonnées et ont motivé l’activité d’un comité de soutien : relais d’un appel national à motions syndicales, organisation de deux conférences de presse, page web rassemblant l’ensemble des informations (http://nancy-luttes.net/keolis.html), comptes rendus quotidiens sur les mailing-listes militantes, mise en place d’une caisse de solidarité anti-répression, interactions avec l’assistance juridique...

Que peut-on tirer de tout cela ? Le délit d’entrave à l’exercice de la liberté du travail le 10 janvier matin, reproché aux treize, est notamment contredit par deux communiqués syndicaux de sections de Kéolis qui indiquent que s’il y a bien eu rassemblement devant les grilles, ce rassemblement était pacifique et n’a entraîné aucune perturbation du trafic. Alors pourquoi les treize ont-ils été convoqués ? Pourquoi les convocations sont-elles reparties dès la fin du confinement, comme si cette enquête était urgente et prioritaire ?

A Nancy comme ailleurs (à Melle par exemple), la répression est en marche. Il semble que Kéolis, le procureur, le préfet… ou les trois, aient quelque intérêt à tenter d’intimider des syndicalistes, des Gilets jaunes et d’autres militant∙es de l’AG interpro de l’agglomération. Petite vengeance après plusieurs mois de mobilisation ? Ou volonté de calmer les mobilisations à venir ? On s’en prend ainsi à des ouvrier·es, infirmier.es, enseignant∙es, éducateur.rices, histoire de montrer que si les « premier∙es de corvée » peuvent être mobilisé.es et envoyé∙es au front face à une pandémie, elles et ils doivent bien retourner à leur place et ne plus en bouger sitôt que la pandémie recule.

La police, sur ordre des préfectures et donc des gouvernements, qui depuis cinq ans réprime tous les mouvements en étant systématiquement couverte par la hiérarchie, continue à faire n’importe quoi. Les sorties répétées devant Lobau pour contrôler les soutiens présents et pour les chasser, la menace de verbalisation au nom de l’interdiction des rassemblements à plus de dix personnes tandis que cette interdiction était respectée, de même que les distances sanitaires, tout cela est un petit signe supplémentaire du sentiment d’impunité des forces de l’ordre. Le port du masque institué comme loi du baillon ?

L’état d’urgence sanitaire semble pouvoir justifier n’importe quoi. Le gouvernement renvoie tout le monde au travail, à l’école ou au lycée (mais pas dans les universités, tiens tiens ?), il rouvre les terrasses, les restaurants, autorise les concerts jusqu’à 5000 personnes… et continue d’interdire les rassemblements de plus de 10 personnes sur la voie publique, bafouant ainsi les libertés fondamentales de réunion et de manifestation C’est contre cette vision de la société résumée par le slogan « Travaille, consomme, et ferme ta gueule ! » que les Gilets jaunes, les syndicalistes, des travailleurs∙ses et des étudiant∙es se mobilisent depuis des mois ou des années. Les treize font partie de ceux-là, c’est pour cela que la justice s’en prend à elles et eux, c’est pour cela qu’elles et ils ne sont pas seul∙es !

Les communiqués de soutien, la revue de presse, tout est ici : https://nancy-luttes.net/keolis.html

Le récit du premier jour : ici
Le récit du deuxième jour : ici
Le récit du troisième jour : ici
Le récit du quatrième jour : ici



Articles de la même thématique : Répression – Prisons

Pour Hocine