Convocations Keolis : la répression en marche

Nancy | Mutu

Ce lundi 25 mai 2020 avaient lieu les premières convocations de militant·es suite à une action pacifique devant Keolis le 10 janvier dernier, dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites.

Avec la fin du confinement les affaires reprennent. Neuf personnes étaient convoquées à la mi-mars, à qui il est reproché une "entrave concertée avec violence ou voie de fait à l’exercice de la liberté du travail" pour un rassemblement matinal devant le dépôt de bus de Keolis. Cette semaine, les neuf sont devenu·es treize ! Elles et ils sont enseignant·es, ouvriers, infirmières, éducateurs... CGT, Solidaires, non-syndiqué·es, Gilets jaunes, toutes et tous engagé·es dans la mobilisation contre la réforme des retraites.

Ce lundi deux personnes étaient convoquées, à 9 heures puis à 13h. Accompagnées de leur avocat, mais aussi d’une petite dizaine de soutiens le matin et d’une trentaine l’après-midi, par petits groupes et dans le respect des distances barrières. Sans doute pas préparée le matin, la maréchaussée a réagi l’après-midi : sortis en nombre du commissariat, les flics ont relevé et photographié les identités de toutes les personnes présentes, y compris d’un journaliste, avant de les repousser sur le trottoir à l’écart du commissariat.

JPEG - 148.2 ko
JPEG - 136.3 ko

On est donc dans cette situation incroyable en France : alors que le droit de se rassembler massivement dans les centres commerciaux a été rétabli et qu’on vient même d’autoriser la reprise des cultes religieux, des libertés aussi fondamentales que la liberté de réunion et de manifestation ont totalement disparu. Accompagner des camarades convoqué·es est quasiment assimilé à un délit. Sous couvert d’état d’urgence sanitaire, c’est la dictature en marche ?

JPEG - 110.6 ko
JPEG - 69.1 ko

Les prochaines dates, les communiqués de soutien, tout est ici : https://nancy-luttes.net/keolis.html