Relents d’égouts #10. Chouard, le retour d’un confus sur le devant de la scène



Rubrique consacrée à l’actualité des conspis, des confus et d’autres cons… faisant, directement ou indirectement, le jeu de l’extrême droite.

Étienne Chouard revient à la mode. On comprend qu’il ait fait le buzz sur Internet avec sa défense du RIC (référendum d’initiative citoyenne), d’autant que la revendication a été portée haut et fort par les Gilets Jaunes et que nombre d’entre elles et eux n’ont pas forcément connaissance de son pedigree. Ce qui est plus gênant, c’est quand Ruffin rend hommage à « Chouard et ses amis » ou quand Le Média l’invite sur un plateau pour causer des élections européennes. Car Chouard n’est pas seulement un prof d’économie à Marseille qui fait des vidéos sur YouTube. Il compte parmi ses amis de vrais fascistes, il considère que la Révolution française est à l’origine l’usurpation du pouvoir par une minorité (comme chacun sait, la monarchie c’était mieux…), il soutient Asselineau (UPR) et affirme qu’il « devrait avoir le droit d’être antisémite ».

JPEG - 206.2 ko

Nous reprenons ci-après les extraits d’une lettre ouverte qui avait été adressée il y a quelques années par le BAF (Bloc Anti Fasciste) à une association [1] qui avait eu l’idée saugrenue d’inviter Étienne Chouard pour animer un débat.

« Étienne Chouard a joué un rôle important et positif en 2005, en contribuant à la déconstruction du discours officiel dans le cadre du référendum sur le Traité Constitutionnel Européen (TCE). Étienne Chouard s’est hélas mal remis de cette gloire éphémère. Dénué de boussole politique et en mal de tribune, il est allé donner des conférences partout où on l’invitait et il a fini par se spécialiser en n’intervenant quasiment plus que dans des réunions d’extrême droite.

Étienne Chouard est symptomatique du confusionnisme “rouge-brun” entretenu par une partie de l’extrême droite, dont Soral et Dieudonné sont d’autres tristes expressions. Jouant le registre du discours antilibéral, traditionnellement plutôt de gauche, et même celui de la critique démocratique radicale des institutions, habituellement plutôt portée par les courants libertaires, Étienne Chouard y ajoute une sauce conspirationniste qui ne trompe pas. Quand il se positionne comme “résistant” face à “l’Empire”, il ne fait d’ailleurs que reprendre le vocabulaire et la ligne de Soral.

Le fait qu’Étienne Chouard se réclame de l’antifascisme ne veut absolument rien dire, n’importe qui peut s’en réclamer. Il tente de conserver son vernis démocratique, il souhaite rester fréquentable, mais les faits sont là. Vous ne trouverez peut-être pas de thème ou de référence explicitement fascisants dans son discours, mais le fait qu’il fasse référence de manière positive à des personnalités d’extrême-droite, qu’il n’hésite pas à s’afficher avec elles, qu’il affirme publiquement qu’il y a du bon dans certaines théories rouges-brunes, tout cela le compromet irrémédiablement.

Étienne Chouard parle ainsi régulièrement d’Égalité et Réconciliation (E & R) sur ses sites ou sur Facebook, n’hésitant pas à afficher sa sympathie pour Soral, à réaliser une vidéo avec le néofasciste italien Piero San Giorgio ou encore à animer une conférence avec Marion Sigaut, membre d’E & R, et qu’il présente sur son propre blog comme une “chic fille”. De même, il n’hésite pas à qualifier le négationniste et supporter de Faurisson, Paul-Éric Blanrue, de “courageux” [2]. Et sur son blog, Étienne Chouard présente ses modèles : une liste de complotistes avérés, qui sont selon lui, les “vrais antifas : Michel Collon Jean Bricmont, Maxime Vivas, Viktor Dedaj, Thierry Meyssan… : des gens bien, COURAGEUX, eux aussi, que je suis fier de côtoyer, entre autres, à ma petite échelle : des OPPOSANTS À LA GUERRE QUI VIENT, des opposants À L’EMPIRE en formation”.

D’ailleurs, Étienne Chouard est tellement incohérent que tout en qualifiant ses amis de “vrais antifas”, il écrit par ailleurs que le racisme, l’antiracisme, l’antifascisme, tout cela se vaut : “À mon sens, l’antisémitisme est, comme le racisme – mais aussi comme l’antiracisme, ou même l’antifascisme, je m’en aperçois aujourd’hui à l’occasion de cette calomnie –, UNE ERREUR DE JUGEMENT QUI CONSISTE À TOUT MÉLANGER, AMALGAMER, simplifier à l’excès : on considère que tous les juifs, ou tous les noirs, ou tous les phallocrates, ou tous les racistes, sont LES MÊMES et méritent LE MÊME TRAITEMENT. C’est manichéen, c’est bête, car le monde n’est pas noir ou blanc.” C’est bien là où la boue idéologique rouge-brune apparaît pour ce qu’elle est : une bouillie. […]

Étienne Chouard entretient une grande confusion, faisant ainsi le jeu d’une partie de l’extrême-droite actuelle caractérisée par son antisémitisme et son soutien à des régimes dictatoriaux (Syrie, Iran, etc.). Étienne Chouard est l’idiot utile de l’extrême-droite. Il cherche à reconquérir la notoriété qu’il a pu acquérir l’espace d’un instant, lors du débat sur le TCE et pour cela il est manifestement prêt aux pires alliances. […] »

En bref, comme le résumait en décembre dernier Yannis Youlountas sur son blog : « Sous une apparence anodine, voire sympathique, Étienne Chouard incarne parfaitement la confusion d’une époque troublée, hésitante et contradictoire. Une époque tiraillée entre la révolte lucide (qui mène à l’émancipation sociale) et la colère aveugle (qui mène au fascisme). […] Alors qu’Étienne Chouard prétend fournir un outil pour favoriser l’émancipation sociale, il participe simultanément, depuis des années, à un phénomène antagoniste qui conduit à la pire des aliénations : un glissement sémantique et stratégique qui profite à Marine Le Pen et à ses complices. »

Raison de plus pour s’étonner que des dirigeants et médias qui se prétendent de gauche contribuent à le légitimer.

Raph

Article paru dans RésisteR ! #62, le 3 juin 2019.



Notes

[1Il s’agit d’Utopia Lorraine qui l’a invité en janvier 2014. La réunion a bien eu lieu, mais Utopia a estimé, plusieurs semaines après, que Chouard était décidément infréquentable et qu’elle ne l’inviterait plus.

[2Sur une vidéo reprise sur le site de Blanrue, disparue depuis.

Articles de la même thématique : Extrêmes droites