Le 11 janvier à Nancy, on a remis ça !

Nancy |

Samedi 11 janvier le rendez-vous était fixé à 10h30 Place Dombasle. Entre 2000 et 2500 personnes ont participé au défilé, ce qui est en net recul par rapport à jeudi. Pour autant, l’ambiance était encore joyeuse et une nouvelle AG s’est tenue en plein air. Et la journée ne s’est pas arrêtée là, avec une nouvelle action l’après-midi. Il n’y a pas à dire, le gouvernement n’en a pas fini avec nous.

  • Ajout de l’enregistrement des prises de parole

     

JPEG - 45.1 ko

Cette manifestation un samedi était une première de la part de l’intersyndicale nationale. Au niveau départemental, l’intersyndicale avait planifié la manifestation le matin et les Gilets jaunes y ont également appelé, comme ils avaient appelé à toutes les dates de mobilisation contre la réforme des retraites. L’idée de rassembler plus largement qu’en semaine n’a hélas pas remporté un franc succès. Trop proche de la grande mobilisation de l’avant-veille ? Le choix de défiler le matin, alors que les Gilets jaunes nous ont plutôt habitué·es à manifester à 13h30 ? La prophétie autoréalisatrice de certaines confédérations qui pensaient qu’il n’y aurait pas grand monde et n’ont pas vraiment mobilisé leurs troupes ?

JPEG - 84.6 ko
JPEG - 213.5 ko
JPEG - 53.8 ko
JPEG - 58.4 ko

Quoi qu’il en soit, cette nouvelle manifestation a eu de la tenue. Les prises de paroles au départ ont été marquées par les interventions en hommage à Maxime, 34 ans, délégué du personnel FO chez Leclerc Vandoeuvre, qui s’est suicidé le matin même à l’arme à feu, à son poste de travail. Ce militant, qui avait manifesté jeudi, par ailleurs Gilet Jaune, subissait la pression de la hiérarchie parce qu’il s’était engagé pour ses collègues. Comme l’a dénoncé un militant de FO à la sono samedi matin, c’est une nouvelle victime des méthodes de management. L’AG interpro lui rendra hommage dans l’après-midi (article ici).

JPEG - 62.1 ko
JPEG - 141.7 ko
JPEG - 94.6 ko

Dès que la manifestation a démarré, deux ou trois cents personnes se sont à nouveau glissées devant la banderole intersyndicale. Le début de la manifestation s’est déroulé comme ça, comme l’avant-veille, avec l’intersyndicale qui n’était plus tout à fait en tête de cortège.

JPEG - 246.2 ko
JPEG - 134 ko
JPEG - 70.1 ko

Et puis devant le lycée Cyfflé, le cortège de tête improvisé a voulu montrer qu’il pouvait ne pas s’entêter : une haie d’honneur a laissé passer à nouveau la banderole intersyndicale et le premier camion CGT, aux cris de "Unité", avant de se repositionner dans le cortège. Du jamais vu !

JPEG - 480.1 ko
JPEG - 457.6 ko
JPEG - 101.8 ko
JPEG - 51.3 ko
Le désormais célèbre « petit chien de la rue du Four », qui salue les manifestant⋅es à chaque passage du cortège devant sa fenêtre
JPEG - 72 ko

En arrivant depuis la rue Saint-Dizier au Point central, avant de remonter la rue Saint-Jean, un nouvel arrêt a eu lieu histoire d’occuper la rue, mais aussi pour organiser une nouvelle Assemblée générale. Bien que des drapeaux de toutes les couleurs syndicales, des chasubles jaunes, rouges et roses aient participé à ce point d’arrêt, il y a eu des incompréhensions et quelques engueulades, notamment avec le second camion de la CGT qui ne souhaitait pas vraiment jouer les prolongations. Les camions de Solidaires et de la FSU sont en revanche restés, ce qui a permis d’avoir quelques prises de parole et d’échanger avant de partir terminer la manifestation place de la République.

Prises de parole pendant l’AG de rue
JPEG - 475.9 ko
JPEG - 344.3 ko
JPEG - 123.7 ko
JPEG - 64.7 ko
JPEG - 103 ko
JPEG - 90.8 ko
JPEG - 127.4 ko

Pour l’après-midi, un rendez-vous avait été fixé pour tenter une action en direction du centre-ville. Il s’est avéré que le rapport de force n’y était pas : plein de types de la BAC qui tournaient sur les lieux, des flics en pagaille au lieu du rendez-vous, et pas assez de grévistes pour conduire l’action. Mais entre temps, on avait appris que FO avait organisé un hommage à Maxime devant le magasin Leclerc de Vandœuvre. Un appel a été lancé à rejoindre cette action.

Le récit de cette action ici :

Rassemblement pour Maxime le samedi 11 janvier

Maxime, 34 ans, délégué du personnel FO chez Leclerc Vandoeuvre, qui s’est suicidé à l’arme à feu samedi 11 au matin, à son poste de travail. Ce militant, qui avait manifesté jeudi, par ailleurs Gilet Jaune, subissait la pression de la hiérarchie parce qu’il s’était engagé pour ses collègues. Samedi après-midi, après la manifestation, un hommage à Maxime avait été appelé par FO devant le magasin Leclerc de Vandoeuvre.



Articles de la même thématique : Travail – Syndicalisme