Lancement des états-généraux des migrations en Moselle

Metz |

Les politiques sur l’immigration et le droit d’asile développées en France, les pratiques des préfectures et des pouvoirs publics à l’encontre des étranger·e·s qui vivent ou qui transitent sur le territoire, qu’illes aient des titres de séjour –précaires- ou non, ne cessent de se durcir tandis qu’une nouvelle loi attentatoire aux libertés des exilé-e-s comme jamais auparavant est sur le point d’accoucher.

Pourtant, des centaines d’associations et de collectifs, l’été dernier, avaient demandé une Conférence nationale afin de débattre d’une autre politique migratoire. Le gouvernement a répondu par un projet encore plus répressif qu’il veut faire passer en force.

Paradoxalement, de formidables mouvements citoyens se mettent en place du Sud au Nord de la France, d’Ouest en Est, et au-delà de l’hexagone, qui laissent entrevoir que la justice, la solidarité la lutte contre le racisme ne sont pas des mots vides de sens et laissent entrevoir un avenir meilleur pour notre Société.

En Moselle, de nombreuses associations, des collectifs, des bénévoles, des travailleurs sociaux et travailleuses sociales se mobilisent depuis des années pour éviter le pire et venir en aide aux exilé-e-s.

Ce 14 Mars, plusieurs d’entre elles et eux ont décidé d’impulser cette dynamique nationale sur notre territoire et lancent un appel à tous ceux et toutes celles qui souhaitent se joindre à ce projet, avec comme première étape la participation à l’Assemblée générale nationale le 27 Mai 2018 à Paris pour faire remonter nos propositions.

Nous avons à cœur d’associer toutes et tous les participant-e-s dans une démarche concertée et unitaire. Les militant-e-s des partis politiques sont bienvenu-e-s dès lors qu’ils ne représentent pas leur parti politique, comme le précise la charte de lancement.

Premiers signataires : RESF Metz, Association ADAM, ATTAC Moselle, AMNESTY INTERNATIONAL Lorraine et Moselle, ATMF, Collectif Mosellan contre la Misère, des militant·e·s d’organisations, Solidaires Moselle, des citoyen-ne-s…

Nous lançons un appel à toutes celles et tous ceux qui sont sensibles à la situation des exilé-e-s pour rejoindre le mouvement et nous retrouverons le

Vendredi 20 avril de 17H à 22H au Centre social Petit bois - 5 rue du Dauphiné à Metz.

De 17h à 19h30 environ, nous nous repartirons dans les ateliers ci-dessous avec restitution en plénière à l’issue des travaux afin de synthétiser nos revendications. Nous n’interdirons pas une deuxième séance en cas de besoin.

1er atelier :
Vivre ensemble, construction d’un autre discours - Comment peut-on changer le regard sur les migrations ? Déconstruire les préjugés ? - Quels éléments de langage, actions, mobilisations, permettent de mettre en avant la richesse de la rencontre, du vivre ensemble ?

2e atelier :
Dénoncer l’inacceptable : - Quelles sont les pratiques administratives vis à vis des personnes migrantes ? - Encadrement d’Etat, répression et violences policières/judiciaires : ce qu’on ne peut plus tolérer. - Pratiques transfrontalières, arrestations, expulsions : quel écho dans notre région ? - Les entraves à l’accès aux droits : santé, éducation, hébergement… - Quelle est la situation des mineurs isolé·e·s ?

3e atelier :
Être force de propositions pour poser les fondements d’une politique alternative : - Un accueil digne est possible. Partager les expériences réussies, s’inspirer des choses qui marchent, travail sur l’hospitalité et la solidarité. Propositions de politiques ou de pratiques alternatives qui contribueraient à construire une politique migratoire respectueuse des droits fondamentaux des personnes migrantes. - Avec quels nouveaux acteurs s’engager ? Rôle des villes qui sont en première ligne ? - Exemples réussis de stratégies où l’Etat a été mis face à ses responsabilités et d’initiatives autonomes réussies. - comment se mobilisent les collectifs citoyens informels ? Quelles sont leurs forces ?

4e atelier :
Etat des lieux : - Qui sont les personnes migrantes sur notre territoire ? - Quels sont les principaux problèmes auxquels elles doivent faire face ? - Quelle est notre situation au plan local, régional ? Positionnements des acteurs : des élus ? De la préfecture ? Collectivités territoriales, opérateurs et acteurs associatifs et collectifs citoyens. Quels impacts des politiques européennes sur notre territoire ? Y-a-t-il un CAO sur notre territoire et comment ça se passe ?

A 19H30, casse-croûte convivial sous la forme d’une auberge espagnole (chacun-e ramène un petit quelque chose si possible)

A 20H, restitution en plénière et amendements de la salle.



Articles de la même thématique : Migrations – Sans-papiers