[Fessenheim] Pistes de réflexion autour du démantèlement et de la relance du nucléaire

Fessenheim |

Récemment a été annoncée la mise à l’arrêt d’un réacteur de la centrale radio-active de Fessenheim et du deuxième réacteur en juin prochain. La brochure La java atomique nous livre quelques pistes de réflexion autour du démantèlement et de la relance du nucléaire.

Publiée en 2008, elle est plus que d’actualité, dans un contexte où l’Etat nucléaire souhaite toujours construire un nouvel EPR à Flamanville et peut-être cinq autres en prévision ; et que l’arrêt de certaines installations tout bonnement obsolètes ne signifie pas la fin du nucléaire mais plutôt le renouvellement progressif des installations.

Lien vers la brochure

JPEG - 8.4 ko

Quelques extraits :

« En attendant, […] il reste encore le problème des déchets inhérents aux démantèlements à régler, mais des solutions technologiques seraient en cours d’élaboration. A Bure, dans la Meuse, les scientifiques font preuve d’un fantastique esprit d’invention pour nous faire avaler qu’ils sont capables de prévoir et de contrôler l’évolution des terrains et des déchets nucléaires sur des centaines de milliers d’années : on enterre toujours plus profond, on parie sur l’étanchéité de la roche et le tour est joué ! »

« Dès lors, l’Etat joue le rôle du pompier pyromane : il se présente comme celui qui assure la sécurité présente et à venir des populations, comme celui dont on ne peut se passer. Mais il oublie de préciser que c’est lui qui met en place ce merdier. Tout se passe comme s’il n’y avait plus de pilote à bord de l’avion : on continue ce qui a été démarré, on essaye tant bien que mal d’éviter le pire, on améliore ce qui peut l’être, on essaye même d’être pionnier en la matière, on fait quelques profits au passage, mais sans jamais plus interroger ce qui a été et ce qui reste encore un choix. Le démantèlement n’est alors qu’un épisode supplémentaire de la transformation de la planète en laboratoire grandeur nature. »

« En fin de compte, tout ce remue-ménage autour de la relance du nucléaire et du soi-disant démantèlement vise à faire accepter aux populations l’inacceptable : survivre au milieu de la merde nucléaire, avec l’Etat dans le rôle du protecteur puisque c’est au nom de « notre » sécurité. »