Mobilisation Lycéenne réprimée en moselle

Forbach |

Plus d’une centaine de lycées étaient totalement ou partiellement bloqués ce lundi 3 décembre en France selon le ministère de l’Education. Le mouvement prend de l’ampleur à travers le pays. A plusieurs endroit en Lorraine la violence des forces de l’ordre a été constatée.

  • Trois lycéens manifestants au tribunal

    Le tribunal correctionnel de Thionville à condamné cette après-midi à de la prison avec sursis, de trois à quatre mois, ainsi qu’à d’une peine de travail d’intérêt général et d’une obligation de travail-formation et d’un stage de citoyenneté trois lycéens arrêtés mardi et mercredi.
    Deux d’entre eux devront aussi verser aux policiers 500 € chacun au titre de dommages et intérêts.

  • Nouvelles interpellations mais la mobilisation continue.

    Les lycéen-ne-s sont toujours mobilisé-e-s à Thionville, Briey, Rombas et Forbach, souvent au côté des gilets jaunes.
    Selon l’est-republicain il y a eu cinq lycéens interpellés et placés en garde à vue hier à Forbach, deux lycéens sont repartis libre, les trois autre passeront au tribunal pour mineurs de Sarreguemines le 13 décembre et le 10 janvier.

Les mots d’ordre des syndicats lycéens qui appellent à ces blocages sont de bloquer les réformes du bac et du lycée, ainsi que la contestation de Parcoursup commencée l’année dernière dans les facs.
Les réformes du bac et du lycée vont renforcer la sélection sociale, tandis que Parcoursup, mis en place il y a un an, a introduit de la sélection à l’entrée à l’université.

Dans la matinée, à Forbach, les lycéen-ne-s ont par deux fois tenté de se rendre sur l’autoroute A320, les policiers sont intervenus ils ont reçu en reponse des jets de cailloux. Les forces de l’ordre ont répliqué par des gaz lacrymogènes. Cinq lycéen-ne-s interpellé-e-s et deux bléssés légers.

A Thionville, malgré la pluie 500 lycéen-ne-s ont manifesté. Encore une fois les forces de l’ordre ont réprimé avec une extrême violence les jeunes en colère.

PNG - 107.8 ko

Pour se protéger, les lycéen-ne-s ont renversé des poubelles et des barrières de chantiers sur le passage du cortège. Une voiture a également été retournée.

Là encore, cinq interpellations ont eu lieu et on déplore seize blessés légers pris en charge par les secours.



Articles de la même thématique : Répression – Prisons

Articles de la même thématique : Éducation

Mardi noir à Nancy