Et ça continue encore et encore...

Nancy |

L’Assemblée Générale a commencé avec plus de 1500 personnes mais le long débat constructif de plus de trois heures sur les dégats que causerait l’application des réformes sur l’enseignement supérieur n’a pas permis à tout le monde de rester.

On notera une forte présence médiatique, ainsi que policière : un membre des RG s’est fait surprendre sur le campus. Depuis mai 68, la présence de la police dans une fac n’est autorisée que sur demande du président de l’université (article L712-2 du code de l’éducation). Il s’est donc d’abord défendu d’être en service, mais n’a pas pu soutenir ce mensonge bien longtemps face aux quesions et a été reconduit hors des murs.

PNG - 555.9 ko

Vers 18h20, comme à l’AG du 28 mars dernier, il a été décidé de répartir les participant·e·s dans deux amphithéâtres adjacents à celui du débat, l’un réservé aux partisan·e·s de la poursuite du blocage et l’autre destiné aux opposant·e·s.
On pourra noter la présence de militants d’extrême droite comme Debout la fRance. Ceux-ci ont eu, durant le vote, l’idée d’envahir l’amphithéâtre "adverse". Cela n’a heureusement pas pu se faire grâce à l’appel au calme de personnes chargées du décompte, mais cela montre bien la vision de la démocratie chez certaines personnes favorables à une sélection à l’entrée de la fac.
Ce sont, en fin de compte, 1200 votant·e·s qui se sont prononcé·e·s avec une large victoire de la reconduction du blocage : 738 voix pour et 469 contre.

JPEG - 2.5 Mo

Après l’AG, les d’étudiant·e·s sont partie en manifestation sauvage dans les rues de Nancy.
Sur le campus, c’est la Chorale des Sans Nom qui assure la fête de cette nouvelle victoire.

PNG - 398.6 ko


Articles de la même thématique : Éducation