Corps en lutte



On est gouvernés par des brutes épaisses qui ne savent rien des relations humaines. Pour les start-upers au pouvoir, il n’y a pas de relations humaines, il n’y a que des ressources humaines. Et ces ressources doivent être tout entières tournées vers leur projeeeeet.

Ce que ces gens-là veulent, c’est nos corps, pour produire, créer et consommer. Travaille, consomme et ferme ta gueule !

Les DRH de l’entreprise France et leurs employés zélés des préfectures, des commissariats et des syndicats jaunes veulent disposer de tous les corps : des corps jeunes et plein de vitalité pour pédaler sur les vélos et livrer de la mauvaise nourriture ou pour courir dans d’immenses entrepôts, préparer des commandes sous les ordres d’un robot. Mais la macronie veut aussi le contrôle des corps mûrs, fatigués, usés. Travailler plus, plus longtemps et, si on ne peut plus, crever de précarité et du sentiment d’être un poids, c’est-à-dire un corps sans emploi, d’être de trop, de coûter cher. C’est aussi ça, le but de la réforme des retraites.

Et quand on ne veut plus, ou on ne peut plus, c’est encore à nos corps que les DRH qui nous gouvernent s’en prennent dans les manifestations et les actions de protestation, à coup de LBD, de matraques, de grenades et même de pavés lancés par la police.

Frapper, asphyxier, meurtrir, écorcher, éborgner les corps rebelles, priver ces corps d’un pied, d’une main, d’un œil. Rendre nos corps tendus, effarouchés, intranquilles, pour les punir, c’est la seule réponse que nous obtenons à nos questions, nos objections, nos refus et nos revendications.

GIF - 347.5 ko

C’est que nos DRH ne connaissent de rapports humains que dans l’entre-soi de la classe dominante. Hors de là, ils et elles ne conçoivent en matière de relation que la domination et la soumission. Leur classe de riches, de « chacun pour soi » doit dominer. Elle doit contrôler, régner sans partage sur nos vies et sur nos corps.

La start-up nation est tellement radicalisée dans son dogme libéral qu’elle va jusqu’à la négation de nos corps qui envahissent en ce moment l’espace public, de nos corps qui crient, chantent, hurlent de colère et de rage. Elle fait mine de ne rien entendre, comme si nos corps n’existaient que lorsqu’ils créent de la valeur dans leurs entreprises.

Mais nos corps valent plus que leurs profits et la jouissance de nos propres corps est un droit inaliénable. Aujourd’hui, le projeeeeet macroniste voudrait réserver ce droit aux riches et contrôler toujours plus le corps des autres.

Nous vivons dans un monde dans lequel les riches nous ont déclaré la guerre. Ils sont de plus en plus voraces, violents, de plus en plus cyniques, faignants, extrêmes. Alors, résistons partout, de toutes les manières et, pour commencer, réapproprions-nous la jouissance exclusive de nos corps, car, après tout, personne n’a demandé à venir au monde et à avoir ce corps-là. Nous n’avons que nos sens pour être au monde, alors jouissons ! Jouissons comme un acte de résistance à la barbarie qui ruisselle en lieu et place des richesses promises.

Sylvain pas si svelte

Article paru dans RésisteR ! #66, le 28 janvier 2020.



Articles de la même thématique : Anticapitalisme

La Semaine Sanglante