Construire la solidarité

Bure |

Le 20 juin à Bure, 8 personnes ont été arrêtées et mises en instruction. Elles sont accusées entre autre de s’être organisées collectivement pour créer des solidarités médicales et juridiques entre les opposant·es.
Différentes legal teams et caisses de solidarité répondent à cette attaque, et réaffirment que jamais elles n’abandonneront la construction de cette solidarité juridique !

« Le 20 juin à Bure, près de 200 gendarmes ont arrêté 8 personnes et perquisitionné 11 lieux de vie et d’organisation de la lutte contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires [1].
Les personnes arrêtées sont accusées de former une « association de malfaiteurs », une accusation très lourde qui vise à criminaliser le fait même de s’organiser collectivement pour lutter contre le projet de poubelle nucléaire et, plus incroyable, la construction de liens de solidarité médicale et juridique entre les opposant·es.

Nous - différents collectifs d’aide juridique et de lutte contre la répression - réagissons ensemble à cette attaque, affirmons que nous continuerons de solidifier nos solidarités et appelons chacune et chacun à nous rejoindre.

Les legal teams, les caisses de solidarité ou les collectifs antirep existent un peu partout en France.
Elles se sont créées pour faire face à la répression juridique qui s’abat de plus en plus durement sur toutes celles et ceux qui déplaisent à l’État. Elles permettent à chacun·e de trouver de l’aide pour élaborer une défense juridique et d’être soutenu·e financièrement dans les démarches judiciaires [2].

Les legal teams se confrontent directement aux inégalités du système juridique, qui favorise toujours les plus riches, individualise les responsabilités et les peines et infantilise celles et ceux qui le subissent. Par sa complexité et son entre-soi, le monde juridique nous confisque toute autonomie pour nous défendre, et nous rend bien souvent complètement dépendant·es d’expert·es du droit tel·les que les avocat·es. C’est ainsi que l’appareil judiciaire assure toujours plus l’isolement et l’impuissance des populations.

Pour faire face à la répression judiciaire, il existe donc deux enjeux majeurs : se réapproprier nos défenses (en requestionnant le rôle de l’avocat et en l’intégrant à une défense plus large) et construire des défenses collectives. C’est sur cette base que se sont construites les legal teams, qui sont devenues des outils indispensables à l’heure où n’importe qui peut se retrouver en prison pour avoir manifesté sa colère.
Tout comme les medic teams, elles sont l’expression concrète d’une solidarité inébranlable.

Ce qui s’est passé à Bure n’est donc pas anodin. Les questions posées lors des auditions et les moyens de l’enquête ne laissent aucun doute : l’objectif est clairement de s’en prendre aux structures qui permettent à nos luttes de vivre et de se défendre. À travers les personnes arrêtées, ce sont en effet les outils collectifs que représentent le soutien juridique, les groupes de soin ou encore les groupes d’automédia qui sont visés.
Il s’agit pour nous d’une nouvelle stratégie répressive qu’il faut prendre très au sérieux. Après s’en être pris à nombre d’activistes, puis à leur matériel, l’État s’en prend aujourd’hui directement aux structures qui permettent aux personnes en lutte de renforcer leur principal atout : la solidarité. Une solidarité qui devient instinctive face aux niveau ahurissant de violence policière et de répression juridique.

Tout comme en Allemagne avec la fermeture du site Linksunten Indymedia [3]], ou les menaces d’interdiction adressées à Indymedia Grenoble ; l’offensive vise à détruire nos réseaux d’entraide, de soutien et de communication, tout en faisant planer un climat de peur au dessus de toutes celles et ceux qui s’organisent politiquement.
Ce ne sont pas quelques personnes ni même une lutte en particulier qui a été attaquée la semaine dernière, mais des idées, des combats et des réseaux de liens dans leur ensemble. Nous avons besoin qu’une solidarité générale s’exprime : la défense collective, comme le soin des blessé·es ou la diffusion de l’information, doivent devenir l’affaire de toutes et tous, pour qu’aucun·e de nous ne puisse être isolé·es.

Si Gérard Collomb et ses semblables semblent s’évertuer à criminaliser les formes les plus élémentaires de solidarité, en poussant vers la prison des personnes qui ne font que résister naturellement à l’inacceptable (à travers le « délit de solidarité ») et en menaçant de représailles tout·es celles et ceux qui ne se dissocient pas du « cortège de tête », qu’ils ne se détrompent pas : aucun État, même les plus totalitaires, n’a jamais eu et n’aura jamais raison de ce qui constitue notre humanité la plus désintéressée. L’histoire garde la mémoire positive de celles et ceux qui ne vendent pas leur âme au plus offrant ou au plus autoritaire. Les autres ne resteront que des noms sur la longue liste insipide des hommes de pouvoir et de compromission, dont personne ne veut jamais se souvenir.

Nous ne nous laisserons pas intimider ni abattre par ces manoeuvres grossières, nous sortons plus aguéri·es, plus fort·es et plus déterminé·es de ces épreuves. Par sa surenchère et ses accusations toujours plus grotesques, l’État nous montre qu’il peine toujours plus à nous faire taire. Si ses services de renseignement semblent tout entendre et tout savoir, ces affaires nous montrent néanmoins qu’ils ne comprennent rien de nous et qu’ils sont bien incapables de nous faire disparaître.

Les liens qui unissent toutes celles et ceux qui se soulèvent sont intouchables. »

Notre solidarité est notre arme.

Publié sur paris-luttes.info



Notes

[2Comme par exemple lorsqu’une personne blessée souhaite porter plainte contre la police ou l’État.

Articles de la même thématique : Médias

Articles de la même thématique : Répression – Prisons