Une place JCDecaux à Nancy ?



Rebaptisée place de la Commune chaque 18 mars par les Sans Nom, la place Adolphe Thiers, du nom du massacreur des ouvriers parisiens en juin 1871, bref la place rénovée est enfin équipée.

Rebaptisée place de la Commune chaque 18 mars par les Sans Nom, la place Adolphe Thiers, du nom du massacreur des ouvriers parisiens en juin 1871, bref la place rénovée est enfin équipée. Sur la dalle bien lisse, le peu de végétal présent a disparu au profit de bancs tubulaires sur lesquels il n’est pas question de s’éterniser (tiens, ça cible qui ?).

Ça y est, la touche originale est là : une douzaine de panneaux publicitaires alignés sur deux lignes parallèles se font face et nous invitent à les traverser tels une haie d’honneur... C’est beau comme du Jean-Claude Decaux, le publicitaire qui envahi(ssai)t tout et qui est décédé fin mai, juste après cette nouvelle pollution visuelle. Paix à sa mémoire et une place à son nom ?

JCDecaux, premier groupe mondial de fabrication et d’installation de mobilier urbain, on le voit partout déjà : les panneaux publicitaires, les vélibs, jusqu’aux cabines wc « toilettes de ville » qui ne sont ni plus ni moins que de l’espace public concédé à des intérêts privés !

Pour revenir à la place, les hublots au sol qui éclairent tant la surface (de nuit) que le sous-sol sont disposés en dessinant un arbre. Des plantes imaginaires à la place de vraie verdure... vous me direz que ce sont au moins des plantes qu’on peut piétiner. Alors surtout, ne nous privons pas de ce nouvel espace de manif et d’occupation !

Une mutant-e attardé-e



Articles de la même thématique : Urbanisme – Logement

Expulsion du "Peuple y est"