Travaux illégaux dans la forêt de Mandres : l’ANDRA condamnée !

Bure |

Suite à l’audience du 28 juillet dernier, le tribunal de grande instance de Bar-le-Duc vient de condamner l’ANDRA pour l’illégalité de ses travaux de défrichement du bois Lejuc. Une belle victoire contre CIGÉO et son monde !

Depuis le début de l’été, l’ANDRA (l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) entreprend en effet d’importants travaux de défrichement au sein du bois Lejuc, la forêt communale de Mandres-en-Barrois, petit village situé à côté de Bure, dans la Meuse.

Ce site, acquis par l’ANDRA dans des circonstances pour le moins obscures, a vocation à accueillir les puits de descente du personnel et des engins du futur projet CIGÉO d’enfouissement de 100 000 m3 de déchets nucléaires hautement radioactifs et à vie longue dans le sous-sol meusien et haut-marnais. L’ANDRA a donc commencé le 6 juin dernier à déboiser et défricher une large saignée de 10 m de large sur tout le pourtour du bois, et à y installer une clôture barbelée.

Ces travaux ont pu être rapidement interrompus grâce à la vigilance et à la mobilisation de dizaines d’opposant-e-s à CIGÉO qui, après plusieurs manifestations et blocages, sont parvenu-e-s à occuper le bois Lejuc dès le 19 juin. Malheureusement, après leur expulsion violente le 7 juillet, les travaux de saccage du bois ont repris de plus belle, sous la protection de gendarmes mobiles et de mercenaires armés. Comble de l’ignominie, l’ANDRA a même décidé de remplacer la clôture barbelée par un gigantesque mur d’enceinte en béton de 2m de haut.

JPEG - 251.1 ko

Jeudi 28 juillet dernier, plusieurs associations et individu-e-s opposé-e-s au projet CIGÉO ont déposé au tribunal de grande instance de Bar-le-Duc une demande de référé, dénonçant l’illégalité de ces travaux, pour lesquels l’ANDRA ne dispose effectivement d’aucune autorisation, et exigeant leur suspension immédiate ainsi que la remise en état du bois Lejuc.

Malgré une audience à rebondissement, durant laquelle Me Bourel, l’avocate de l’ANDRA, a sorti du chapeau une autorisation signée le matin-même par le maire de Mandres, le tribunal de Bar-le-Duc, dans son délibéré du 1er août, reconnaît l’ANDRA coupable de travaux de défrichement illégaux !

Par cette ordonnance, l’ANDRA est condamnée :

  • à suspendre immédiatement ses travaux de défrichement, avec une amende de 10 000 € par are nouvellement défriché en l’absence d’autorisation,
  • à remettre le bois Lejuc en l’état dans un délai de six mois, avec une amende de 100 € par are défriché et par jour de retard, à moins qu’elle n’obtienne une autorisation de défrichement d’ici là.

Bien entendu, il ne faut pas être dupe : au vu des divers intérêts économiques et de pouvoir qui se cachent derrière le projet CIGÉO, il ne fait aucun doute que l’ANDRA parviendra d’ici peu à obtenir son autorisation préfectorale de défrichement. Néanmoins, ce revers juridique constitue une superbe victoire pour les opposant-e-s à CIGÉO, et témoigne à nouveau — comme s’il était encore besoin d’en faire la preuve — que l’ANDRA et l’État ne s’embarrassent guère de la légalité pour passer en force et mener leur entreprise mortifère à bien.

Il est donc crucial de maintenir une mobilisation massive et populaire face à l’ANDRA, en participant notamment au campement (8-19 août) et au week-end de mobilisation (13-15 août) contre CIGÉO et son monde.

Lire aussi le communiqué de presse commun du Réseau Sortir du nucléaire, MIRABEL – Lorraine Nature Environnement, Meuse Nature Environnement, ASODEDRA, CEDRA 52, Les Habitants vigilants de Gondrecourt, BureStop55, Bure Zone Libre et des opposant-e-s et habitant-e-s en lutte contre CIGÉO de Bure et d’ailleurs.

Pour plus d’infos, suivez la mobilisation et les rendez-vous sur vmc.camp.



Articles de la même thématique : Mobilisations – Actions