[Strasbourg] CCI ou comment son président sert son intéret

Strasbourg |

Depuis le mois de janvier 2018, des militant.e.s opposé.e.s au projet de contournement Ouest de Strasbourg, se rassemblent tous les mercredis soir pour dénoncer le déni de démocratie des suites de l’annonce gouvernementale du 23 janvier, accompagnant la prorogation de la Déclaration d’utilité publique (DUP) du GCO jusqu’en 2026, de donner un feu politique à Vinci, avant même de connaitre l’avis de la commission d’enquête publique de l’enquête qui s’est déroulée du 4 avril au 17 mai 2018.

Initialement rassemblé·e·s devant la Préfecture, depuis le 16 mai, les anti-Gco donnent rendez-vous devant la CCI Alsace Eurométropole, place Gutenberg, au coeur historique de la capitale alsacienne.
L’objectif : se faire voir, aller à la rencontre des gens, interpeller leur conscience et leur expliquer les raisons pour lesquelles une opposition agit contre ce projet voulu par des élus locaux et confié à ARCOS, filiale de Vinci, le géant du BTP aux nombreuses casseroles.
Pour les opposant·e·s, être présent·e·s devant la CCI, c’est aussi parce que son président est un fervent défenseur du projet. Il est l’un des artisans grâce à qui la relance du projet a pu se faire en 2013. Quasi abandonné en juin 2012, l’espoir d’une victoire avait été de courte durée.
Le président de la CCI défend l’industrie et le commerce local, c’est son job, mais défendre le GCO, ça n’a pas de sens. Sauf qu’en y regardant de plus près, Jean-Luc Heimburger est aussi patron d’une entreprise de location d’engin de chantier dont l’un des clients est... Vinci ! Il y a donc conflit d’intérêts. D’autant que le contrat de concession oblige le concepteur à réserver 30% du marché à des entreprises locales - quelques infos ici.

Mercredi 6 juin, prépare d’autres mercredis.
Les opposant·e·s donnent rendez-vous mercredi 13 juin, même lieu, même heure (17h 19h)