Soutien pour Yanis



Adaptation de la déclaration faite pour Yanis en début de manif du 30 janvier 2021 à Nancy contre la Loi Sécurité Globale :
La violence policière, pendant le premier confinement, les quartiers populaires en ont particulièrement fait les frais. On connaît un jeune homme de 19 ans qui vit en région parisienne. Il est en Meurthe et Moselle depuis plusieurs semaines en attendant sa convocation au tribunal le 17 février 2021.
Il est accusé de « rébellion, violence aggravée en bande organisée, trouble à l’ordre public »... rien que ça. En avril, il a subi un contrôle d’identité alors qu’il était avec ses amis dans la rue.

Deux policiers sur les quatre ayant participé à l’opération ont déposé plainte contre lui. Yanis dit qu’ils se sont mis d’accord déjà dans la voiture qui l’emmenait en garde à vue.
Yanis n’a pas beaucoup confiance en la police, ni non plus en la justice et ça ne lui avait pas donné l’envie de déposer plainte tellement il était sûr que ça ne donnerait rien.

Les images des violences dont a été victime Michel Zecler le 26 novembre 2020 ont beaucoup circulé et fait réagir. Sans les images de son tabassage par des policiers, il aurait sans aucun doute dû affronter la justice et serait probablement accusé des mêmes faits que Yanis.
Il y en a plein des histoires similaires... trop…

Un simple contrôle d’identité qui risque d’avoir de graves conséquences dans la vie de ce tout jeune homme. A 19 ans, il est en train de se préparer à peut-être faire de la prison…
Ca n’est pas possible ! De cette société là on n’en veut pas ! 

Si on décide aujourd’hui de vous exposer sa situation c’est :

  • pour apporter notre soutien à Yanis et sa mère.
  • On refuse qu’ils restent seuls, on refuse que Yanis soit à nouveau la victime.
  • On croit essentiel de nous unir autour de son histoire parce qu’on a besoin de la solidarité de classe.

L’avocat de Yanis est spécialisé dans les affaires de violences policières. Il s’appelle Arié Alimi, il est membre du bureau national de la LDH. Il a pris position contre la Loi Sécurité Globale en apportant ses analyses et expériences sur plusieurs plateaux de télé ces dernières semaines.

Alors si vous souhaitez soutenir Yanis, si vous refusez vous aussi de vous soumettre à la loi du plus fort vous avez aujourd’hui la possibilité de concrétiser cette solidarité de classe dont nous avons tous besoin en participant aux frais d’avocat.
Une caisse de solidarité tourne dans les manifs et pour ceux qui voudraient en parler autour d’eux surtout qu’ils le fassent.


Articles de la même thématique : Discriminations – Racisme

Fanzine "À nos mort.e.s"