Santé sexuelle féministe et queer DIY

Strasbourg |

Un atelier pour partager nos expériences et nos connaissances en termes de santé sexuelle pour se réapproprier notre santé, reconnaître certains incidents gynécologiques, parler naturopathie et auto-médication, savoir comment protéger nos partenaires (notamment dans les relations queers), etc.

Pour tous les corps, les identités de genre, de sexualités (ou d’asexualités), les âges et les handicaps, cet atelier propose de co-construire une gynécologie féministe à visée intersectionnelle [1]. Dans le respect des besoins, des vécus et de l’intimité de chacun·e, l’atelier permettra, si on en a envie, d’expérimenter l’auto-observation en groupe ou seul·e à l’aide de spéculums et de miroirs.

Matériel

Merci d’apporter 1 petit miroir, 1 lampe frontale, 1 serviette de bain et un tapis de sol. Gel+gants+spéculums fournis.

C’est où et quand ?

Samedi 14 décembre, de 14h à 17h au Planning familial 67, 13 rue du Vingt-Deux-Novembre (entrée par la rue Hannong) à Strasbourg.

⚡️ C’est quoi le collectif Autogynécologie féministe révolutionnaire de Strasbourg ? ⚡️

Depuis décembre 2018, les ateliers d’auto-gynécologie féministe révolutionnaire de Strasbourg proposent de développer ensemble des connaissances, des outils et des pratiques autour de la santé gynécologique et sexuelle, des corps et des sexualités. Dans le respect des besoins, des vécus et de l’intimité de chacun·e, chaque atelier se déroule en mixité choisie sans hommes cisgenres [2]. Pour tous les corps, les identités de genre, de sexualités (ou d’asexualités), les âges et les handicaps, cet espace de rencontre et d’échange, propose de co-construire une gynécologie féministe intersectionnelle [1] et de s’autonomiser dans la santé. Alternant entre des séances pratiques, de l’auto-observation, des discussions, des arpentages et des projections, les ateliers sont organisés de manière horizontale (pas de chef·fe·s ni de « spécialistes ») et autogérée (on décide ensemble de ce qu’on veut faire et comment) et se déroulent entre le Planning familial de Strasbourg, les CEMEA Alsace et le Station Centre LGBTQI. Chaque séance se construit en fonction des envies et des apports de chacun.e, en respectant les principes de bienveillance, de confidentialité des échanges et de respect de la parole, des corps et des identités de tou·te·s.

Illustration : p.nitas*.



Notes

[1Féminisme intersectionnel : le féminisme intersectionnel prend en compte la multiplicité et l’entrecroisement des oppressions vécues par les femmes, les personnes trans et intersexes (sexisme, racisme, classisme, lesbophobie, homophobie, transphobie, validisme, putophobie, islamophobie, grossophobie, etc.).

[2Cisgenre : une personne qui s’identifie au genre qui lui a été assigné à la naissance est cisgenre.

Articles de la même thématique : Genre – Féminisme