Marche de nuit

Nancy |

Marche de nuit pour se réapproprier l’espace public

A VOS MASQUES prêtes, partez !

TU AS ENVIE de reprendre la rue, de te défendre seulE, de porter une jupe très longue ou très courte, de gérer toi-même la longueur de tes poils, de faire du stop, de vivre en camion, d’être une féministe enragée, d’être dans tes pensées sans te faire brancher, de rester sur le même trottoir sans avoir peur de te faire insulter, de porter un voile partout et librement si tu en as envie, d’être boulangère et pas « la femme du boulanger », d’exercer tous les métiers du monde et toucher le salaire décent qui va avec, d’être une personne : ni fille ni garçon, d’être autre chose qu’un fantasme hétéro, de dénoncer tout ce qui t’oppresse chaque jour, de parler sans qu’on te coupe la parole ni qu’on te demande d’ou vient ton acent, d’avorter librement, d’être prisE au sérieux quand tu vas porter plainte pour violence, que les magistrats jugent tes agresseurs sans te culpabiliser, que le consentement devienne une évidence... d’être amoureuse de qui tu le souhaites et lui donner la main dans la rue si tu en as envie.
L’Etat et les autorités policières rendent possibles ces violences. Le viol, les meurtres et les agressions sont le produit de ce sexisme ordinaire, considéré comme normal et vécu au quotidien par toutEs les meufs, les gouines et les personnes trans.

Le 8 mars, VIENS !
Marcher, crier, chanter, rire, faire du bruit, t’exprimer.
Contente ou en colère
Déguisée ou pas,
En jean en jupe ou en pyjama !
Ton corps n’est qu’à toi !
Marche de nuit féministe en mixité choisie (sans homme cis)
20h30 place stan’

PDF - 1.4 Mo