Mainmise de Nestlé sur Vittel : des députéEs enquêtent !



Ignorance, dépendance, soumission, irresponsabilité, telles sont les "valeurs partagées" par les élus et l’état pour avaliser le pillage de l’eau par Nestlé.

Une Commission parlementaire, initiée par La France Insoumise, enquête sur la main basse sur l’eau à travers des cas emblématiques de financiarisation, prédation, corruption et mauvaise gestion de l’eau par les multinationales.

PNG - 207.8 ko

Elle est présidée par Mathilde Panot (LFI Val de Marne) avec comme rapporteur, Olivier Serva (laRM Guadeloupe).

Parmi ces cas emblématiques : les minéraliers Danone à Volvic et Nestlé à Vittel.

Pour les activistes de Vittel en lutte contre l’accaparement de l’eau par Nestlé, cette enquête tombe à pic, juste après la Journée mondiale de l’eau à Epinal et la votation citoyenne sur la constitutionnalisation de l’eau.

La Commission d’enquête s’est déplacée sur sites à Vittel les 9 et 10 avril

Le Collectif Eau 88 et L’eau qui mord lui ont fait « visiter » plusieurs sites remarquables : le parc thermal dont l’état de la végétation reflète la sécheresse climatique et surtout l’épuisement des nappes souterraines consécutif à la surexploitation de l’eau par Nestlé ; les vergers, 30 000 pommiers plantés par Nestlé il y a une vingtaine d’années, et qui viennent tous d’être arrachés pour cause d’improductivité ; un des forages illégaux exploités par Nestlé ; un des nombreux assecs de ruisseau constatés dès ce printemps (et non plus à l’automne) à proximité de forages ; une décharge plastique industrielle monstrueuse sur des terres Nestlé et datant des années 1970.

Nestlé lui a fait visiter son embouteillage.

La Commission a procédé à une première série d’auditions du Collectif et autres associations, de l’Etat, des élus, de Nestlé waters. Ces auditions étant « décentralisées », elles n’ont pu être réalisées sous serment ni enregistrées sur le site de l’Assemblée nationale.

Voilà une brève analyse et quelques photos sur ces deux journées par Mathilde Panot.

La Commission a procédé à une deuxième série d’auditions le 22 avril, sous serment et avec retransmission publique (cela fait partie de ses pouvoirs particuliers ainsi que le contrôle sur pièces et sur place)

Cinq "tables rondes" se sont déroulées successivement pendant plus de sept heures : Membres de la CLE et élus locaux , Représentants de l’État, Industriels (Nestlé Waters et fromagerie L’Ermitage), Représentants des minéraliers, Associations et lanceurs d’alerte » (Collectif Eau 88, L’eau qui mord et antiCOR).

Toutes ces tables rondes pouvaient être suives en direct sauf celle des Associations et Lanceurs d’alerte qui n’a pu l’être intégralement pour des raisons inconnues à ce jour.

Toutes sont en ligne sur le site de l’Assemblée nationale mais attention, pas au même endroit et pas sous la même forme :
• Les quatre premières qui expriment toutes des positions favorables à la mainmise de Nestlé, sont sur ce LIEN
• La cinquième, qui exprime la position du Collectif - seule opposée à l’accaparement de l’eau et à la pollution par Nestlé - est sur un LIEN différent
Cette vidéo des Associations et lanceurs d’alerte est incomplète. Il y manque les présentations, les serments et une partie des interventions des porte-parole du Collectif.

Pourquoi une telle différence dans la restitution des auditions relatives à Vittel sur le site de l’Assemblée nationale ? Le Collectif et L’eau qui mord ont saisi la Présidente et le Rapporteur de la commission.

En attendant la réponse à cette interrogation, prenons le temps de regarder ces vidéos car elles sont édifiantes !

Les membres de la CLE et les élus ont montré à quel point ils sont ignorants du dossier sur la gestion de l’eau. Manifestement, ils ont voté le 1er SAGE (pipeline), puis le 2ème (fausses solutions alternatives à échéance 2027) sans se poser aucune question, ni sur le passé, ni sur le présent, ni sur l’avenir.

Les autorités n’ont guère montré plus de maîtrise du dossier. Il apparaît surtout qu’elles manquent de moyens propres pour évaluer l’état des nappes et en suivre l’évolution au fil des décennies. L’administration défaillante est dépendante des données déclaratives que Nestlé veut bien lui fournir. De fait, elle donne des avis, prend des décisions à l’aveugle, "sous la dictée" du minéralier.

Nestlé a ressorti ses habituels éléments de communication accessibles par ailleurs dans les rapports officiels du SAGE, sur son site, dans les médias à son service… La multinationale, qui s’affiche en championne de la protection des nappes et de la préservation de la biodiversité, n’a pu justifier ses sept ans d’inaction suite à la révélation, en 2014, de l’existence de décharges industrielles de plastique sur des terrains lui appartenant.

Le Collectif Eau 88 et L’eau qui mord ont complété les propos qu’ils avaient tenu lors des premières auditions. Didier, agriculteur dans le secteur de Vittel, non auditionné la première fois, a expliqué, avec beaucoup de courage et d’indignation, pourquoi il continuait à refuser toute contractualisation avec Agrivair-Nestlé ; il a abordé, à travers son vécu, les liens de la SAFER et de la chambre d’agriculture avec l’industriel ; puis a dénoncé à nouveau les pollutions industrielles plastique qu’il avait révélées dès 2014. AntiCOR, qui a porté le dossier de prise illégale d’intérêt, a rappelé les tenants et aboutissants du procès Claudie Pruvost- Vigie de l’eau toujours en attente depuis quatre ans.

En parallèle à ces auditions, les parties ont eu aussi à répondre à des questions écrites.

Cette deuxième journée d’auditions a été totalement passée sous silence par les médias aux ordres de Nestlé et des éluEs à son service. Ils et elles ont été si consternantEs !

On ne se fait pas d’illusion sur le sort réservé aux recommandations de la Commission.
On imagine que peu de gens auront envie de visionner ces sept heures d’audiences.
Il est intéressant de regarder au moins les éluEs qui disent "arrêtez de crier, faites-nous confiance" !

Comment pourrions-nous faire confiance à des personnes aussi ignorantes et stupides ? Elles continuent à laisser Nestlé piller notre eau pour des bouteilles qui empoisonnent le vivant !
Ouvrons les yeux, il est urgent d’agir ! L’eau pour la vie, pas le profit !

La lutte continue - Prochaine action : Vendredi 2 mai à 11 h - Conférence de presse du Collectif eau 88 sur une décharge industrielle de plastique située à They sous Montfort, sur des terres appartenant à Nestlé.

Pour résumer la situation à Vittel, VOIR vidéos :
Vittel-Nestlé- Bilan 2020
Nestlé à Vittel : ils pillent notre eau

Pour plus d’infos sur la situation de l’eau avec Nestlé à Vittel et ailleurs dans le monde :
https://www.leauquimord.com/l-eau-qui-mord
https://www.facebook.com/leauquimord/