Fiche de lecture : « Kill the Couple in Your Head », compte-rendu d’interventions orales



Ce "zine" aux éditions des Hyènes Ingrates (Ungrateful Hyenas) s’inscrit, je crois, dans la même lignée que Désirer à tout prix, de Tal Madesta (voir la fiche de lecture). Il s’agit, dans les deux cas, d’observer de manière critique les institutions de l’intime. Tal Madesta l’a fait pour l’institution du Sexe, l’auteurice anonyme de ce zine le fait pour l’institution que constitue le Couple.

Qu’est-ce qu’un Couple ? Il s’agit d’une unité de reproduction. Reproduction des corps, reproduction des normes, reproduction sociale. Dans un monde capitaliste et patriarcal, il s’agit autant d’un outil de production (de future main-d’œuvre) que de domination. La question du genre à l’intersection du Couple, de la Famille, du Sexe, autant d’institutions qui nous enferment, est également décryptée. Comme l’ouvrage précédent, la réflexion s’articule autour des impensés, ce qui peut sembler évident au premier regard, mais qui, si l’on creuse, forment des outils redoutables pour nous séparer, nous atomiser. Comme l’ouvrage précédent, celui-ci place l’intime au centre des luttes féministes, et émancipatrices au sens large. Comment lutter pour l’émancipation si l’on reproduit les normes aliénantes de la dialectique sexiste, raciste, hiérarchiste, dans notre quotidien le plus personnel ?

L’angle de vue développé est ouvertement anarchiste, et les relations sont abordées du point de vue de l’anarchisme relationnel, un mode de relation qui permet à chacun·e de co-construire ses relations avec les autres, en choisissant ensemble ce qui fera, ou pas, partie de chacun de ces relations, sans se le voir imposer par des normes morales quelconques, séparant par un mur imperméable les amours des amitiés. Cette réflexion peut être lue dans le passage suivant, extrait du zine belge Attakattak :

« Je ne serai pas toujours là, je ne t’aimerai peut-être pas toujours exactement comme tu le souhaites, tu ne seras pas tout pour moi et je ne serai pas tout pour toi. Mais j’ai assez confiance en ce que tu es pour savoir que ton être me sera toujours cher puisque magnifiquement unique et irremplaçable. La vie sans toi ne serait pas impossible : elle serait terriblement plus vide et grise. Comme une vie toujours et rien qu’avec toi me serait cruelle. Mais il y a un équilibre instable entre notre promesse, ce sentiment d’éternité et nos envies d’ailleurs et de liberté, cet équilibre c’est notre envie de nous aimer. »

C’est pas beau ça, franchement ?

Kill the Couple in Your Head, auteurice anonyme, 29 avril 2021, Ungrateful Hyenas editions, 0€. Traduction disponible en français (avant de la trouver sur le site des éditeurices : https://link.infini.fr/mortaucouplefr).


Articles de la même thématique : Culture