Après Maurras, Chardonne… des commémorations à gerber !



Chaque année le Ministère de la Culture édite Le Livre des commémorations nationales, une synthèse des centenaires ou cinquantenaires d’une centaine de personnalités (le plus souvent) ou d’événements (plus rarement).

Alors bien entendu, il s’agit d’histoire. Mais pas seulement. C’est aussi une sélection de gens et d’événements que l’on souhaite commémorer, que l’on sort parfois de l’oubli pour les intégrer à notre mémoire collective ou pour simplement raviver leur souvenir. Comme l’annonce l’éditeur sur son site : « Chaque année, le Haut Comité des commémorations nationales sélectionne et propose à l’agrément du ministre de la Culture et de la Communication une centaine d’anniversaires susceptibles d’être célébrés au nom de la Nation. » Voilà qui est clair.

Et voilà donc que Charles Maurras, écrivain d’extrême droite, pétainiste et furieux antisémite, devait figurer sur la promotion 2018. Evidemment ça fait désordre, ça a provoqué un beau tollé et la ministre de la Culture a décidé de retirer Maurras de la liste pour, explique-t-elle, éviter « des malentendus qui sont de nature à diviser la société française » (voir son communiqué). Des malentendus ? Oui, parce que selon la ministre, il ne faudrait pas limiter les « commémorations nationales aux seules heures de gloire à célébrer mais [les consacrer] aussi aux heures sombres de l’histoire de France ». Ah ? Alors on est perdu. Les Éditions du patrimoine, l’éditeur officiel du livre en question, expliquent exactement le contraire, on vient de le voir. S’il s’agissait d’histoire, bien entendu gommer le passé n’aurait aucun sens, mais quand il s’agit de célébrer, c’est une autre affaire : les choix sont politiques.

Alors Maurras a été radié, le livre imprimé a été mis au pilon et l’impression expurgée relancée, d’accord… mais il reste une autre crevure sur la liste. En effet, on y trouve Jacques Chardonne (1884-1968), bien moins connu que Maurras mais avec un profil similaire. Sa fiche Wikipedia est à cet égard bien instructive. Ecrivain et éditeur collaborationniste sous Vichy, il s’est enthousiasmé pour Goebbels et Hitler. On lui doit cette citation qui résume tout : « Il n’y pas de “pauvre” gouvernement de Vichy. Il n’y a que des pauvres français. Pétain est le seul grand. Je le trouve sublime. Il est toute la France. Je vomis les juifs, Benda, et les Anglais — et la Révolution française. C’est une grande date que 1940. Et qui doit beaucoup à 1918. Je suis sûr que vous verrez un jour dans quelle erreur nous étions. ». Alors Madame la Ministre, encore un raté ?

Manifestement le Haut Comité des commémorations nationales compte quelques bons nostalgiques de l’Etat français ou le ministère de la Culture est rempli d’incultes. Ou les deux.

Pour nous la situation est claire : la commémoration de la nation, c’est comme la nation tout court, il faut les gerber !



Articles de la même thématique : Culture

Tell us a story