Rassemblement contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant∙es étranger∙es

Nancy |

Samedi 1er décembre à 14h avait lieu un premier rassemblement à Nancy à l’initiative de quelques syndicats.

Une centaine de personnes ont participé à ce tout premier rassemblement organisé suite aux annonces du gouvernement, appelé la veille à l’initiative de l’Unef rejointe par quelques autres syndicats.

Pendant une heure plusieurs personnes ont pris la parole, quelques syndicalistes étudiant∙es et des personnels, mais surtout des gens parmi les premier∙es concerné∙es : des étudiant∙es étranger∙es hors UE. Des témoignages sur les difficultés déjà importantes vécues par elles et eux, comme cette promotion en fac de sciences où 3 des 4 étudiant∙es étranger∙es ont passé leurs deux premiers mois à Nancy en étant SDF, sans solution de logement proposée par le Crous.

JPEG - 979.3 ko

Beaucoup ont dénoncé les effets programmés de cette explosion des frais d’inscription. Cela ne peut que bloquer l’accès aux études supérieures en France à de nombreux∙ses étudiant∙es africain∙es, asiatiques ou sud-américain∙es, quand on sait que la plupart d’entre elles et eux sont obligé∙es de travailler pour se payer loyer et séjour en France. Avec des frais d’inscription s’élevant à plusieurs milliers d’euros par an (jusqu’à 3700€), ce qui est difficile deviendra totalement impossible.

On sait aussi que les étudiant∙es étranger∙es hors UE ne sont que la première étape pour le gouvernement. Derrière, c’est à l’ensemble des étudiant∙es qu’il veut s’attaquer, en libéralisant les frais d’inscription pour tout∙es et en liquidant ainsi pour de bon l’accès (plus ou moins) démocratique à l’université. Après Parcoursup et la loi ORE, la machine à sélectionner les étudiant∙es poursuit son chemin...

Mais les étudiant∙es n’ont pas dit leur dernier mot. Une assemblée générale est appelée mercredi 5 décembre à midi à la fac de lettres à Nancy pour construire une mobilisation puissante contre cette politique de nantis au service des nantis.