Pendant ce temps, chez les fachos de Nancy...

Nancy |

Le 30 janvier dernier, l’antenne nancéienne de l’Action Française organisait une conférence avec François Bel-Ker, secrétaire du mouvement national de l’Action Française, au bar "Les 2 Palmiers", situé au 64 rue stanislas à Nancy... oui oui, aux 2 P, le bar de nuit...

À Nancy, c’est Philippe Schneider qui est secrétaire de l’Action Française. Pour celles et ceux que ça intéresse, il est aussi un fervent partisan du culte sous la forme extraordinaire, un délire des cathos (intégristes) qu’on ne développera pas ici.

Mais Philippe Schneider est aussi membre de la liste "Unis pour Nancy" pour les prochaines municipales qui, et ils en sont fier·e·s, a réussi l’exploit d’être "sans étiquette" et de réunir les abrutis de Debout la fRance, les radicaux des Républicains, le gars du collectif "Y’en a marre" (YAM [1]) et donc, des royalistes... La fameuse extrême droite sans étiquette dont Philippe nous dit, en grand connaisseur "qu[’elle] a de bonnes idées pour faire progresser Nancy et stopper les dérives architecturales" [2].

JPEG - 11.1 ko
Philippe qui pose devant la statue de Jeanne d’Arc

Cette liste aux municipales mériterait un article à elle toute seule. Pour Patricia Melet, tête de liste, "Il faut travailler en coopération avec la police nationale, installer davantage de caméras avec un officier de police judiciaire derrière chacune d’elle. La sécurité c’est primordial." Et elle enchaine après sur l’écologie avec les jardins partagés, les fermes pédagogiques ou autres petits gestes qui feront trembler les capitalistes qui organisent la destruction méthodique du monde dans lequel nous vivons [3].

On y retrouve aussi Denis Gabet (membre de la manif pour tous, groupe anti homo et pro la vraie famille bien de chez nous où maman fait à bouffer et où papa tape ses enfants) qui, dans cet article, nous explique qu’il voit bien une alliance avec les gilets jaunes sur la question du RIC local.

Pour information et histoire d’enterrer définitivement le RIC, cet article qui témoigne de la situation en Suisse nous rappelle que le vote et les reférendums servent surtout à maintenir la domination des classes dominantes et des capitalistes.

Mais revenons à nos royalistes.

L’action française se sent pousser des ailes à Nancy ces derniers temps. Ces bourges organisaient aussi, le 19 janvier dernier, une messe pour le repos des âmes de louis 16 et de marie-antoinette à l’église Sainte Marie immaculée [4] suivi d’un petit gueuleton à l’Auberge de Maitre Marcel à Chaligny.

Ça peut faire sourire de voir ce genre d’abrutis réactionnaires se réunir entre eux pour parler du bon vieux temps du roi...

JPEG - 28.2 ko

Mais l’action française n’a rien de folklorique. Idéologiquement proche de Génération Identitaire, du GUD (Groupe union défense) ou de la branche antisémite du Rassemblement Nationnal [5], ces personnes se revendiquent nationalistes et prônent le retour de la monarchie. Leur site internet regorge des conneries du genre : théorie du grand remplacement, commémoration des fascistes français ou autre relais des groupuscules d’extrème droite racistes ou anti-avortement...

Bref... comme d’habitude avec l’extrême droite, ce sont les bourges catho de Nancy qui essaient de nous faire croire qu’ils luttent pour un monde meilleur !

Ce que défendent ces gens, nostalgiques de Vichy, c’est la soumission à leur autorité, la défense de la propriété privée des plus riches (donc la leur), la fin du droit à l’avortement et l’exploitation de celles et ceux qui ne possèdent rien par ceux qui possèdent tout... le tout mêlé de racisme primaire et de défense des valeurs françaises des bourges.

On se croirait presque à LREM...

Finissons sur une note positive et souvenons-nous, qu’en juillet 2017, les locaux marseillais de l’action française avaient été la cible d’une tentative d’incendie.

Un citoyen indigné qui dénonce



Notes

[1Toi, t’as pas ta place dans les manifs Gilets Jaunes ou contre la réforme des retraites.

[2Extrait d’un article de la semaine

[3A moins que ça ne soit pas le but et qu’il s’agisse uniquement de continuer à culpabiliser les individu·e·s qui ne trient pas correctement les déchets ou qui ne mangent pas bio... plutôt que d’attaquer un système basé sur l’accumulation de marchandises.

[4Située au 33 avenue du général Leclerc à Nancy

[5Voir la cartographie réalisée par le collectif la Horde

Articles de la même thématique : Vie politique locale