La gendarmerie fiche les participant·es d’une formation syndicale sur le projet Cigéo



Communiqué de l’Union Syndicale Solidaires 54 du 11 juillet 2019, publié sur leur site.

Ces mardi 9 et mercredi 10 juillet 2019, l’Union Syndicale Solidaires 54 organisait à Landremont une formation économique, sociale et syndicale ouverte à ses adhérent·e·s et sympathisant·e·s, sur le thème du projet d’enfouissement des déchets radioactifs à Bure.

Ces deux jours avaient pour objectif d’être un moment d’échange sur un sujet politique et social local, traduisant nos préoccupations et orientations en matière d’environnement, une initiative entrant dans le cadre de notre investissement dans l’organisation du WE "Vent de Bure" à Nancy les 28 et 29 septembre prochains. Il s’agissait également de mener cette dernière formation syndicale avant l’été dans un cadre verdoyant et de manière conviviale.

Etait-il nécessaire qu’au beau milieu de nos travaux, un véhicule de gendarmerie arrive, entre sur un terrain privé et que, sans même descendre de leur véhicule, pour exposer les raisons de leur venue, leurs occupants relèvent l’ensemble des plaques d’immatriculation des voitures présentes ? Pour nos adhérent·e·s, le simple fait de participer à une formation sur le sujet du nucléaire, fait-il d’eux déjà des malfaiteur·se·s potentiel·le·s à ficher ? Pour les pouvoirs publics, cela traduit-il une fébrilité à l’idée qu’une organisation syndicale s’investisse sur cette question et en débatte, alors même qu’un "débat public" est censé avoir lieu depuis avril et jusqu’à septembre prochain ?

L’Union Syndicale Solidaires 54 réaffirme son engagement sur cette question, ainsi que son investissement dans l’organisation de Vent de Bure. Nous ferons tout pour que ce WE de Vent de Bure, les 28 et 29 septembre 2019 soit une réussite, tant esthétique, que festive et revendicative.



Articles de la même thématique : Écologie

Que fait la métropole ?