GrosGnon est bien malade



Eh oui ! Il me semble bien que ça ne passe plus ! Je mange encore, mais franchement j’ai vraiment du mal à digérer…

« La guérison est le début d’une nouvelle maladie. » (Proverbe hypocondriaque.)

GrosGnon a des problèmes de digestion

Il faut dire que les dernières nouvelles me coupent l’appétit : après le scandale de la vache folle et autres joyeusetés du siècle dernier, voilà que l’on nous apprend que la charcuterie est un poison, que les pâtes et les céréales sont contaminées au Roundup, que les perturbateurs endocriniens sont partout, que bouffer des pommes c’est bouffer des insecticides et autres pesticides,etc. Franchement, c’est dégueu ! Mais le pire dans tout ça, c’est d’entendre les députés payés par Monsanto, les dirigeants de la FNSEA, ceux du syndicat des charcutiers industriels et tous les autres empoisonneurs patentés, nous dire que les doses sont inférieures aux taux admissibles, que de toute façon on ne peut pas faire autrement, que c’est pour notre santé, que sinon on ne pourrait pas nourrir l’Humanité… Comme s’ils en avaient quelque chose à foutre de l’Humanité, ces crapules !

Ils sont en train de réaliser le rêve de Malthus, ces salauds ! Vous savez, Malthus, c’est cet « économiste “humaniste” » du xixe qui disait qu’il fallait limiter la population mondiale et que le mieux s’était d’empêcher les pauvres de se reproduire… Les Monsanto, Bayer et Cie sont en train de mettre en pratique les leçons d’« humanité » de ce cher Malthus : en nourrissant les pauvres avec de la merdre, ils les font crever à petit feu et, cerise sur le gâteau, effet magique de la reproduction sociale et des suscités perturbateurs endocriniens, les gamins de ceux qui n’ont pas de sous auront les bourses vides… Les autres, les riches, les cultivés, eux, pas de problème, ils bouffent bio… Quand est-ce que l’on fera leur procès à ces génocideurs ? Parce qu’à force de pourrir l’espèce, ils finiront bien par la faire crever tout de bon.

GrosGnon a des problèmes de circulation

En plus d’avoir la rate qui se dilate et l’intestin qui part en eau de boudin, je me suis rendu compte que j’avais de vrais problèmes de circulation. En fait, je m’en suis rendu compte en lisant mes courriels. Une sorte de post-anar apocalyptique – ou d’anar post-apocalyptique – m’en a fait prendre conscience. Je lisais son « post », comme on dit en langage high-tech, du moins je crois, mon sang n’a fait qu’un tour et j’ai eu un coup au cœur : je venais de découvrir que j’étais, tout comme lui, vélocipédophobe. Mais, bien plus radical que lui, je me découvris en plus automobilophobe, piétonophobe,etc. En fait, mes congénères, dès qu’ils sont en mouvement, ne génèrent plus rien en moi si ce n’est de la haine. Bon, les crétins patentés, surtout ceux de l’espèce beauf ou bourge en pseudo-4x4, qui se véhiculent en bagnoles, je ne dois pas être le seul à les haïr. Et dès qu’ils sont garés sur ma piste cyclable, partis acheter une baguette ou attendant leurs mômes devant l’école, ce n’est plus de la haine, mais des envies de meurtre que j’ai vis-à-vis d’eux.

Les piétons, sans même parler de ceux qui traînent en troupeaux rue Saint-Jean les samedis ensoleillés et face auxquels j’ai envie de sortir ma machette et de crier « Allez au diable ! » tout en les découpant en rondelles comme du saucisson, les piétons, donc, suscitent plus d’une fois mon ire : ces abrutis tentent régulièrement de se suicider en se jetant sous les roues de ma bagnole. Salauds, ils veulent me faire accuser de meurtre ! Même les conductrices de caddies sont insupportables : il faut pour certaines d’entre elles qu’elles taillent le bout de gras ou la bavette, et ce bien entendu pas au rayon boucherie, mais juste devant les paquets de café, les bières ou le bidon de lessive que je cherche à acheter au plus vite.

Les cyclistes, mon mentor susévoqué s’en charge suffisamment pour que je ne m’attarde pas sur leur cas. Encore que, lorsqu’il s’agit de ceux qui prenant le bord du canal pour une piste de vitesse, j’avoue que lorsque je promène mon chien je les balancerais bien d’un coup d’épaule rejoindre les carpes. Bon, passons sur le sujet, reste en fait le pire : les ORNIs ! « Que quoi ? », allez-vous dire. Les Objets Roulants Non Identifiés, en gros tous les trucs qui ne ressemblent à rien et que les bobos high-tech s’arrachent : la trottinette à moteur, la roue électrique, le VTT à roues de tracteur et bientôt la planche à roulettes à propulsion, le char à voiles des villes, la voiture-hélitreuillée, la péniche sur pneus, et j’en passe. À la limite, qu’ils fassent ce qu’ils veulent chez eux, mais qu’ils me foutent la paix dans ma rue.

GrosGnon a des problèmes d’hormone

Je ne crois pas que ce soit lié à ce que je mange, mais apparemment j’ai des problèmes d’hormone. Je viens de m’apercevoir que je suis opposé au mariage pour tous, et même au Pacs d’ailleurs. Les mariages arrangés entre individus partageant les mêmes gènes, très peu pour moi. C’est presque de l’inceste, ce genre de choses. Et tout cela, à cause de « radicaux » ! C’est la vérité vraie, le mariage annoncé des radicaux Valoisiens et des radicaux de gauche me fait douter des avancées sociales du gouvernement Hollande…

Article paru dans RésisteR ! #51 le 30 septembre 2017



Articles de la même thématique : Écologie – Nucléaire