Acte XII, nous partîmes cinq cents...

Nancy |

Le lieu de départ était flou pour beaucoup et à 13h, heure du rassemblement il y avait peu de gilets jaunes place Carnot. Tout autour les flics fouillaient de façon plus ou moins systématique et c’est un cortège de seulement 500 personnes qui s’élance vers la gare.

JPEG - 237.8 ko

Mais mais une fois arrivé en haut de la rue St jean le cortège avait quadruplé.

JPEG - 168.2 ko

Le mot d’ordre, dénoncer les violences policières dont sont victimes depuis deux mois le mouvement des GJ. Maquillage, pancartes et slogans étaient là pour le montrer. Même le parcours de la manif, avec un passage devant le commissariat Lobau.

JPEG - 318.4 ko

La manif se déroule dans le calme, les forces répressives restant discrètes. Le commissariat visité, les GJ sont repartis vers la préfecture pour demander la démission de Castaner.
Sur le trajet beaucoup d’automobilistes encourageants, une dame sort par sa fenêtre et harangue la foule, "Grève générale !", plus loin passant devant l’Hôpital central on a pu voir le personnel soignant encourager les GJ.

JPEG - 58.5 ko
JPEG - 327.2 ko
JPEG - 353.8 ko
JPEG - 207.6 ko

Après un long moment à stagner devant la grille barrant l’accès à la pref rue Fourier la manif repart tranquillement vers la place Stan. C’est à ce moment-là que la police commence les provocations en longeant le cortège sur la droite et pour empêcher les manifestant-e-s d’avancer plus avant sur la place.
Ne comprenant pas le pourquoi de cette manœuvre ne visant qu’a provoquer l’affrontement, le calme des GJ commence à disparaître. Il n’en faut pas plus aux flics pour gazer abondamment la manif.

JPEG - 422.1 ko
JPEG - 196.1 ko
JPEG - 272.4 ko

A partir de là tout va très vite, le centre ville se couvre de lacrymo, premiers blessés, la manif remonte la rue Saint Jean, part vers la place du marché, longe le St Seb avec les CRS aux fesses.
La manif redescend rue Charles III, mais se retrouve piégée, et est obligée de faire demi-tour et de remonter la rue, on a pu voir à ce moment là un joli spectacle, trois flics dont le chef des opérations, qui d’habitude fanfaronne lors des manifs (Jolibois il me semble) fuir dans la rue des Ponts avec 200 GJ à leurs troussses pour ensuite se cacher derrière leurs collègues.
Ça a dû bien les énerver et les charges reprennent bien violemment. Devant le pont des Fusillés des barricades de fortune se montent, les manifestant-e-s répliquent, le son de LBD40 se fait entendre plusieurs fois.

JPEG - 259.2 ko

Tout le monde est repoussé vers la gare et beaucoup de GJ, pour échapper aux gaz et à la police sont obligés de traverser les voies ferrées.

JPEG - 676.7 ko
JPEG - 559.6 ko

Il est plus de 17h, la manif se disloque et viennent les premières interpellations.

JPEG - 323.9 ko

Maintenant reste à savoir quoi faire, beaucoup parlent de se donner les moyens de se défendre face à la police et de bloquer le pays.
Il faut voir si la grève de mardi le permettra.