[Strasbourg] Contre le racisme d’état et les violences policières

Strasbourg |

Discussion avec Mohamed Kondé, représentant du Collectif des Sans-Papiers de Paris et de la Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrant-e-s à l’occasion de la Journée internationale contre le racisme et en préparation à la manifestation du 16 mars 2019 à Paris

Discussion avec Mohamed Kondé, en préparation à la manifestation du 16 mars 2019 à Paris à la manifestation du 16 mars 2019 à Paris, appelée contre le racisme d’État et les violences policières

***
Marche des Solidarités
Ensemble face à l’oppression et la répression : Riposte populaire !

Nous, familles des victimes tuées, violées, mutilées, blessées par la police
Nous, migrant.e-s chassé.e-s, torturé.e-s, traumatisé.e-s, persécuté.e-s par l’État et le système des frontières
Nous, habitant.e-s des quartiers populaires harcelé.e-s et humilié.e-s au quotidien par les forces de police et ciblé-e-s par le racisme d’État
Soutenu.e-s par des collectifs, des associations, des syndicats et des partis politiques
Nous marcherons ensemble, contre le racisme d’État et les violences policières

Samedi 16 mars 2019 à 13h12, Place de la Madeleine à Paris.

Dans un contexte où les violences policières, d’abord principalement exercées dans les quartiers populaires, s’étendent de plus en plus à toute la société.

Dans un contexte d’état d’urgence constitutionnalisé où nos libertés reculent et les violences d’État gagnent du terrain contre l’ensemble de la population, avec notamment depuis le 17 novembre plus de 1000 condamnations, près de 3000 blessé.e-s, dont une centaine gravement, et plus de 20 mutilé.e-s et 1 morte Mme Zineb Redouane.

Dans un contexte où le racisme d’État progresse, nous protesterons, contre la logique du capitalisme qui divise pour mieux régner et briser le tissu social, contre l’apologie de la haine de l’autre, contre le délit de solidarité, contre toutes les formes de discriminations qui privent leurs victimes de leurs droits à l’embauche, au logement, à la santé, à l’éducation.

Nous protesterons contre l’impunité policière et pour la mémoire de celles et ceux morts sous les coups des violences policières.

Nous manifesterons pour le droit d’exister et de protester, pour le droit d’être ce que nous sommes et pour le droit d’exprimer publiquement nos opinions politiques.

Nous manifesterons pour construire une société égalitaire fondée sur la justice, la vérité et la dignité de chacun.e.Retour ligne automatique
Ensemble, pour exiger un autre modèle de société :

Vérité et Justice pour toutes les victimes de violences policières et du système des frontières
Interdiction de la Clé d’étranglement, du Pliage et du Plaquage ventral (Techniques d’immobilisation mortelles utilisées par la police) et des contrôles au faciès
Retrait des LBD, des Flashball, de tous les types de grenades et du pistolet à impulsion électrique
Régularisation de tous les sans-papiers et abrogation de la loi asile-immigration
Liberté de circulation et d’installation et fermeture des centres de rétention
Abrogation de toutes les lois xénophobes et racistes
Égalité des droits dans l’accès au logement avec ou sans papiers, l’emploi, la retraite, la formation et la santé
Droit des résidents des foyers à un logement décent et stable, qu’il soit individuel ou collectif
Droit à la vie privée, droit d’héberger, droit de maintenir ses pratiques culturelles de solidarité et d’entraide dans les foyers.

A l’appel de collectifs de sans-papiers ; de comités de familles de victimes des violences policières, de résidents des foyers, de collectifs de quartier et de nombreuses organisation