Seconde Assemblée Générale des Gilets Jaunes de Lorraine

Nancy |

Dans la même dynamique que la première Assemblée Générale qui s’est tenue le 1er février inspirée par l’Assemblée de assemblées de Commercy, le groupe « Gilets jaunes de Lorraine » avait lancé une invitation aux différents ronds-points et GJ isolé·e·s pour discuter de la suite du mouvement.

Pour se structurer démocratiquement et éviter la multiplication de groupes isolés, les AG des GJ de Lorraine vont se tenir tous les 15 jours.

Ce vendredin des GJ de toute la Meurthe-et-Moselle étaient présent·e·s ainsi que quelques Vosgien·nes.

L’AG a commencé avec une présentation des différents groupes inter-ronds-points déjà structurés.

En premier les street-medics avec un appel à don de matériel médical ainsi que d’argent. Ils auraient préféré ne pas à avoir besoin d’argent mais suite aux nombreuses confiscations de leur matériel illes sont obligé·e·s de le racheter régulièrement.

Vinrent ensuite la Légion Jaune, sous ce nom qui peut faire un peu peur, illes s’en expliquent en expliquant qu’illes n’ont fait que reprendre le nom d’un groupe parisien. Se cachent là des volontaires pour protéger les manifestants, surtout les street-medics qui, lorsqu’illes interviennent ne peuvent pas forcément faire face aux attaques des forces de l’ordre.

Enfin les Ama-jaunes, groupe de femmes GJ, là pour montrer l’existence des femmes dans le mouvement et se positionnant clairement contre le capitalisme.

Plusieurs points à l’ordre du jour : la reprise des ronds-points prévue pour le lendemain, les actions à mener pour expliquer les luttes des GJ et appeler les gens à nous rejoindre ainsi que deux ateliers, un sur le Referendum d’Initiative Citoyenne et un autre sur les revendications.

La reprise des rond-points
Le mot d’ordre national appelant à reprendre les ronds-points était connu depuis une semaine, le préfet de Meurthe-et-Moselle en a profité pour nous pondre des arrêtés interdisant tout rassemblement sur les principaux QG Gilets Jaunes.

JPEG - 176.6 ko

Mais qu’à cela ne tienne, l’écrasante majorité des GJ présent·e·s a voté pour la reprise des ronds-points dès le lendemain, à Frouard, illes étaient même déjà en place.

JPEG - 178.4 ko

Les actions à mener pour expliquer la lutte
Il semblerait, d’après les grands médias, que le mouvement perd de la popularité. Il a été donc décidé de tracter les revendications sur les ronds-points et de le faire auprès des salarié·e·s comme ceux du CHU par exemple.

Les ateliers
Le premier retour sur le RIC a fait ressortir que, au-delà du RIC, les GJ voulaient plus de démocratie et en finir avec la représentativité, le RIC est un outil pour cela mais certain·e·s ont fait remarquer que les AG en étaient un autre.

Le second atelier qui travaillait sur les revendications, plutôt que de faire ressortir une proposition plus qu’une autre (augmentation du SMIC, des retraites, taxation des grandes entreprises et retour de l’ISF entre autres) a demandé à pouvoir approfondir son travail sur la base, encore une fois des documents de l’Assemblée des assemblées de Commercy.

Il y a eu aussi beaucoup de prises de parole et d’échanges sur différents thèmes comme la violence, les médias ou les moyens de changer le système.

Il a été aussi évoqué la volonté affichée sur facebook par un groupe fasciste de vouloir s’organiser pour faire le service d’ordre des manifs. Personne dans l’assemblée ne veut d’eux et la Légion Jaune à précisé qu’elle n’avait rien à voir avec eux et qu’illes ne les souhaitait pas non plus dans leur groupe.

Rendez-vous est donné dans 15 jours pour la prochaine AG.