Puisqu’on vous dit qu’il se passe quelque chose

Nancy |

Un peu moins de monde pour cette 4e AG, il faut dire que la dernière s’était mal terminée, mais cette fois l’AG ira jusqu’au bout. Différents points ont été abordés,comme les revendications et les actions à mener ainsi que la participation à l’Assemblée des assemblées à St Nazaire qui aura lieu du 5 au 7 avril.

Une centaine de personnes s’est donc réunie à l’espace Jean Jaurès de Tomblaine pour parler des suites du mouvement. En plus des Gilets Jaunes de différents ronds-points, étaient aussi présents des groupes maintenant connus comme les street-medic ou les amajaunes.

Lors du premier (rond)point sur les revendications, on notera une évolution de celles-ci avec une remontée dans les priorités de la baisse des taxes et du RIC dans le sondage en ligne (400 participant-e-s). On peut résumer les revendications en trois grandes catégories :
- Egalité (partage des richeses, ISF, Taxe)
- Défense des services publics
- Plus de démocratie (RIC, démocratie participative ou directe)

Sur la question, "faut-il continuer les marées jaunes tous les samedi ?" plus de 80% répondent "Oui" et 90% sont motivés à poursuivre le mouvement des GJ.

Un second sondage sur les suites à donner montre aussi une évolution de la pensée du mouvement sur la légitimité de la violence. En AG on ne parle plus maintenant de casseurs mais de "manifestants déterminés" avec une répartition de 51,8% qui se caractérisent pacifistes, 46,6 de déterminés, 1,4% se déclarent ouvertement violents. Il y a également une forte demande d’informations concernant nos droits lors des arrestations et des gardes à vue.(Pour informations : https://paris-luttes.info/sortez-couvert-e-s-brochure-7492?lang=fr ; attention les contacts mail et téléphonique ne sont valables que pour Paris...)
On pouvait souvent rappeler qu’« Il y a des pacifistes et des déterminé-e-s, mais nous sommes ensembles il ne faut pas se dissocier » ou "50% de pacifistes et 50% de determiné-e-s, faut s’accepter et rester unie-es !"

Ça cause beaucoup de stratégie aussi.
Qu’est-ce qui fait notre force, le nombre ? notre determination ? la violence de nos actions ?
Qu’est-ce qui peut faire reculer l’Etat aujourd’hui ?
Un vieil homme prend la parole et parle de la resistance, de l’impression qu’il a de faire ce qui doit être fait en participant au mouvement des gilets jaunes. Après avoir rappellé la légitimité de la lutte des gilets jaunes pour une vie digne et contre toutes les injustices, il conclut par "Entre un champ où il y a 5000 moutons et un champ où il y a 50 loups, j’ai moins peur de traverser celui rempli de moutons...".

Plusieurs pistes d’actions sont envisagées ensuite, toujours en se basant sur le sondage facebook, mais nous n’en dirons pas plus ici, mieux vaut garder quelques surprises pour la suite, rendez-vous dans les QG pour organiser tout ça. On notera tout de même la volonté d’organiser une Grève Générale et de se rapprocher des idées écolos.

Le dernier point concernait la participation à la seconde Assemblée des Assemblées qui, après Commercy, aura lieu à St Nazaire. Apres n’avoir trouvé qu’un homme pour y aller (on demande des binômes mixtes) une série de débats et de votes sur les base du document envoyé par la ville portuaire ont eu lieu afin de préparer le mandat impératif du volontaire. A noter que le dernier vote sur la question « quelle suite donner au mouvement » la réponse fut « la révolution » L’Ifop annonçait le 20 mars que 39% des Français-e-s considèrent que pour changer la situation du pays, il faudrait une révolution.
Il semblerait qu’illes s’organisent pour y arriver.