Conférences : Histoires de la répression policière et judiciaire à Bure

Nancy |

JPEG - 681.1 ko

On entend beaucoup parler de la répression à Bure : une surveillance sur place au quotidien, un fichage généralisé des opposant-es et des habitant-es, une cinquantaine de procès, des centaines d’heures de garde à vue, des milliers d’écoutes téléphoniques, une vingtaine de perquisitions, une instruction pour association de malfaiteurs… Mais comment en sommes-nous arrivé-es là ? Qu’est-ce que la répression peut représenter pour quelqu’un.e qui la vit au quotidien, ou à la barre d’un tribunal ? Qu’est-ce que cette instruction pour association de malfaiteurs ?
À travers les voix de personnes qui l’ont directement vécue, nous avions envie de vous raconter ce qu’est et a été la répression policière et judiciaire contre les habitant-es de Bure et les opposant-es au projet CIGEO. [1]


Cette conférence est particulièrement importante pour nous car la répression à l’égard des opposant.es continue encore aujourd’hui de nous toucher de plein fouet.

Une forte pression policière et judiciaire est toujours exercée dans la région de Bure contre les habitant-es, mais aussi au tribunal, dans une salle d’audience que nous connaissons désormais par cœur, et dans le bureau du juge en charge d’une instruction ouverte il y a bientôt deux ans pour association de malfaiteurs, et dont le journal Libération nous livre ici quelques analyses éclairantes.

Loin de vouloir nous taire et de laisser ces témoignages se perdre dans le silence, nous voulons les faire connaître au plus grand nombre.

Alors RDV pour celles et ceux qui le veulent

- samedi 2 mars, à 20h, à la MJC des 3 Maisons de Nancy
ou bien
-  vendredi 1 mars, à 20h, au Molodoï à Strasbourg (repas partagé à 19h)

JPEG - 75.3 ko