Le couple Bourguignon : des scientifiques au service de la confusion



En quoi le couple de scientifiques Claude et Lydia Bourguignon participe-t-il à la porosité de certains milieux de gauche vers l’extrême droite ? Le confusionnisme : une notion à traiter avec rigueur.

Il est un domaine de la lutte contre les extrêmes droites qu’il n’est pas évident d’aborder : celui du confusionnisme entendu comme le phénomène qui amène des groupes et individus appartenant à des spectres a priori opposés du champ politique (ex : gauche et extrême droite) à s’allier pour des raisons opportunistes. La lutte contre le confusionnisme mérite une analyse sérieuse et documentée, pour éviter de tomber dans l’écueil des simplifications qui amène à classer rapidement une personne comme confusionniste du fait qu’elle est l’amie d’un ami d’une connaissance d’un raciste.

Pour illustrer les mécanismes connus du confusionnisme comme le développement d’une vision conspirationniste du monde, ou la mise en avant de théories du complot, l’implication sur certains sujets d’analyses relevant plus du domaine de la croyance religieuse, voire de la dérive sectaire, nous allons nous intéresser à un couple de microbiologistes du sol très connu des milieux altermondialistes : Claude et Lydia Bourguignon.

Claude Bourguignon a travaillé et a quitté l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et dénonce avec sa femme également scientifique, avec justesse, les dérives environnementales de l’agriculture productiviste, qui détruit la biodiversité et entraîne un appauvrissement de la richesse microbiologique des sols. Les microbiologistes, qui ont créé leur propre laboratoire d’analyse microbiologique, prônent le retour aux haies et à une agriculture agro-sylvo-pastorale. Ils partagent l’avis de nombreux autres scientifiques agronomes sur l’intérêt du bois raméal fragmenté dans le processus de régénérescence des sols morts.

Après avoir participé à de nombreux documentaires vidéo « altermondialistes » (« Sous les pavés la terre » en 2009, « Solutions locales pour un désordre global » en 2010, etc.), après avoir été invités dans de multiples conférences, notamment dans les lycées agricoles, ils ont gagné un statut de lanceurs d’alerte environnementale dans de nombreux milieux, notamment ceux sensible à la critique de la mondialisation et écologiste, en précisant que ces milieux ne combinent pas forcément cette critique à une approche anticapitaliste et internationaliste.

Jusque-là, pas grand-chose à reprocher au couple si ce n’est un discours très alarmiste et assez pessimiste sur les issues et alternatives positives. On pourrait aussi reprocher une approche néo-malthusienne développée par Lydia Bourguignon du type « il y a une population trop importante par rapport à la capacité productive alimentaire de la planète » suggérant un contrôle démographique des populations des pays pauvres, contrôle qui ne pourrait se faire si on pousse le raisonnement que sous des régimes peu démocratiques ; qui plus est, cette solution ne remettrait pas en cause les grandes inégalités de répartition des richesses puisque le problème serait la capacité productive.

Une autre critique « légère » serait aussi cette propension à se voir seuls contre tous, alors même que d’autres scientifiques proposent une critique acerbe de l’agriculture productiviste et que de nombreux acteurs sur le terrain développent des techniques alternatives. Cette manière solitaire de mener la lutte, on a plutôt l’habitude de la voir chez certains confusionnistes comme Etienne Chouard, et justement c’est ce type de personnalité qui capte l’attention du couple.

Une face cachée du couple nous apparaît de plus en plus criante, et elle nous est révélée par la multiplication des interventions dans des médias proches de complotistes, dans des médias confusionnistes, et maintenant plus récemment dans les milieux ouvertement d’extrême droite. On ne peut cautionner que sous prétexte de parler avec tout le monde, on vienne tenir des conférences et interviews avec les personnes qui aujourd’hui participent du racisme ordinaire et de l’installation d’une ambiance fascisante.

Le 23 janvier 2014, le couple participe à l’émission « Libre Antenne » sur « Méta TV », une télé Internet proche de l’antisémite notoire Alain Soral. Ce dernier est fondateur de l’association « Egalité et réconciliation » qui prône « la gauche du travail et la droite des valeurs ». L’émission a fait des millions de vues sur Internet en raison de ses interviews de complotistes comme Thierry Meyssan, qui soutient une version délirante sur les attentats du 11 septembre et les attentats de janvier 2015, et qui a soutenu les dictateurs Kadhafi et Bachar El-Assad.

Le 26 juin 2015 le couple participait à l’émission « Le Dîner du Cercle » proposée par le média « le Cercle des Volontaires », un média d’extrême droite, fondé en 2012, qui réunit une forte concentration de conspirationnistes. Plus récemment, dans la « Lettre aux patriotes » de la délégation FN au Parlement européen, entre la dénonciation de l’islamisation supposée de la France et celle de l’inaction de l’Union Européenne face à la migration, nous apprenions que Claude Bourguignon intervenait dans une conférence organisée par le FN intitulée « Vers une Politique Agricole Française »

Dont acte, il est possible d’être des scientifiques intelligents et formés, de tenir des discours intéressants sur les effets néfastes de l’agriculture productiviste sur la biodiversité des sols et sur le devenir de l’agriculture, tout en ayant une attitude permissive envers les milieux d’extrême droite les plus crasseux qui aujourd’hui se démènent pour créer une atmosphère favorable aux idées racistes, homophobes et réactionnaires. Comment s’étonner dés lors que les Bourguignon aient été cités par le mouvement complotiste du 14 juillet comme des personnalités de première importance qui devraient figurer dans leur "Conseil National de Transition Français", au côté de l’humoriste antisémite Dieudonné, d’Alain Soral ou d’Etienne Chouard ?

Aller porter des discours alternatifs dans les milieux d’extrême droite, c’est surtout donner du crédit à leurs idées puantes. Sachons être attentifs et soyons en capacité de créer les cordons sanitaires qui démarquent notre camp social. De ce point de vue, Claude et Lydia Bourguignon doivent rompre avec l’extrême droite ou être mis en quarantaine.

Un membre du Bloc Antifasciste Nancy syndiqué au SNETAP-FSU



Articles de la même thématique : Écologie

GrosGnon est bien malade